3 weeks ago

Super test de la Schecter Apocalypse, "metal" mais pas que...

Lorsqu’on se retrouve face à une cinquantaine d’exemplaires au rayon « pelles » de Guitar Center (Lyon), et qu’en plus on est terrassier… On est inévitablement attiré, voire « hypnotisé » par la Schecter « Apocalypse ». Elle sort du lot, c’est simple, on ne voit qu’elle ! C’est une très belle guitare, très travaillée esthétiquement même si elle ne bouleverse pas les codes. Savant mélange de lumière mystique et de sobriété, elle distille un subtil parfum de fin du monde qui s’accorde à merveille avec sa dénomination et colle parfaitement au public auquel elle est sensée s’adresser… Bref, elle donne irrémédiablement envie de la toucher !


Pour poursuivre dans le registre « esthétique », on appréciera le vernis satiné laissant apparaître le veinage du bois sans exagérer, et l’acastillage noir qui donne à l’instrument un petit côté « urban » assez sympa et confirme son univers « métallique ». La caisse est en swamp ash, classique. Au-delà de l’apparence, le vernis satiné offre cette immédiate sensation de confort (je parle du manche…) qui pour moi fait défaut au vernis brillant. La touche est en ébène, ce qui devient de plus en plus rare, surtout dans cette gamme de prix et équipée de Frets jumbo Stainless Steel, sympa !.. Le manche a une forme en C et un radius compensé qui plaira aux Schreders…

La prise en main est intuitive, pas besoin de chercher, tout tombe à pic. La guitare est légère et bien équilibrée. Elle sonne déjà sans être branchée, ce qui augure une belle « patate » une fois raccordée au Marshall JVM sur lequel le test a été réalisé.

Côté électronique, avec deux humbucker « Schecter USA » (qui sont identiques), on ne s’attend pas à verser dans le jazz manouche… Et on a un peu raison. Le plaisir est immédiat lorsque l’on tourne le potard « drive » de l’ampli, aussi bien en crunch qu’en super lead (mais surtout en super lead…) et quelle que soit la position du sélecteur de micros (mais surtout lorsqu’il appelle le micro bridge…). Le son est précis et incisif, je suis même assez surpris par la dynamique des micros que l’on peut attaquer en jouant du potard de volume sans forcément tout mettre à fond d’emblée. En son clair, on peut splitter les Humbuckers, on ne fera jamais concurrence à une vraie Strat mais les ballades en arpège (pour les metalleux qui n’y ont pas définitivement renoncé) restent tout à fait accessibles. De toute façon, ce n’est pas l’instrument que l’on ira chercher pour jouer « Sultans of swing »… La palette de possibilités sonores n’en demeure pas moins intéressante et ne se résume donc pas au « metal ». Elle conviendra aussi à des gratteux à l’esprit plus « rock roots ».

Le seul petit inconvénient que j’ai pu noter concerne le vibrato. D’une part je l’ai trouvé assez dur, mais cela demanderait à être approfondi avec un petit réglage perso qui va bien en fonction de l’utilisation que l’on en espère, d’autre part, j’ai été gêné par la protubérance de l’angle de la tige, chose que je n’ai jamais ressentie ailleurs alors même que j’ai une grande habitude des vibratos (toutes mes guitares en sont équipées, je ne sais pas jouer sans…). Etrange… car il n’y a priori pas vraiment de raison vu le format « Floyd » concerné mais…

Pour conclure, je dirais que j’ai une nouvelle fois été impressionné par la qualité globale de la production Schecter, surtout encore une fois en regard du prix très compétitif (environ 1200 euros) de l’Apocalypse qui en fait pour moi une arme très concurrentielle des produits « milieu de gamme » genre Ibanez Premium, voire bien au-dessus... Vous avez peut-être lu ma prose récente concernant « les guitares à 3000 balles », la Schecter Apocalypse s’inscrit parfaitement dans cette logique. Par ailleurs, elle est variment très belle, ce qui ne gâche rien !

Comments

  • Les Diamond series de Schecter sont de bonnes grattes dans l'ensemble. Le problème je trouve avec Schecter, c'est que tu prends un modèle ou l'autre et ça sonne toujours pareil. Je trouve qu'elles n'ont pas une personnalité marquée. Alors après sa peut plaire , d'autant plus que les prix sont comme tu dit pas mal étudiés. Moi personnellement j'en suis revenu...

  • Je ne suis pas spécialiste des Schecter mais celles que j’ai essayées m’ont toujours semblé sympa, à la réflexion, effectivement peut-être pas très « typées », à voir. La prochaine que je voudrais tester serait Nick Johnston en simples bobinages. J’aime assez l’esprit et le son. J’imagine que c’est d’ailleurs plutôt le guitariste que j’apprécie beaucoup. J’espère avoir l’occasion d’en choper une bientôt.

Leave a Comment

Please login to your account or register to leave a comment on this article.
Once registered or logged in, you will be automatically redirected back to this article.