La RG 3250 est une Ibanez Japonaise de la série Prestige… Ma rencontre avec elle s’est faite un peu par hasard car au départ, je ne suis pas vraiment un adepte des touches en érable; j’aurais pu ne jamais vraiment m’intéresser à cette guitare pour cette unique raison et sans le savoir, je serais passé à côté d’un instrument exceptionnel… Au passage d’ailleurs, je réalise combien il est prudent de ne jamais s’arrêter à quelques expériences malheureuses et combien il peut être utile de dépasser certaines « règles » ou habitudes, ça me servira pour la suite…

Le Super Test, tout en images et en videos!!!!!!!
G66

imageArticle



Exceptionnelle j’ai dit ? Ben oui… et j’enfonce le clou ! De là à dire que cette RG conviendra forcément à tout le monde, pas forcément… mais à moi, elle me super convient ! Mémée me rappelle adroitement que « les goûts et les couleurs hein ça se commande pas !!!!» D’autant plus d’ailleurs que dans le cas qui nous intéresse, la couleur orange extrême hyper sanguin des eighties pourra dérouter… je puis pourtant vous assurer qu’en vrai, elle arrache sa mère très grave ! « Dis donc comment que tu parles toi maintenant ????? »

imageArticle



Exceptionnelle j’ai dit ? « Bon d’accord » me braille mémée « alors KESS KY YA de si monstrueux sur cette guitoune hein ? »
Et bien d’abord………. il y a le manche……….. C’est par là que je commencerai car très sérieusement, la RG 3250 a un manche d’enfer. Assez large mais super fin, non vernis (ce que j’apprécie particulièrement) de type « super wizzard HP (High performance), 5 pièces en érable, d’un profil très… « plat » (qui ne plaira peut être pas à tout le monde mais…)… Bref une véritable autoroute parfaitement relayée par cette fameuse touche maple qui offre un claquant inhabituel (pour moi…) très appréciable et un « touché » « spécial » donnant la sensation de jouer très « naturellement » sans avoir besoin d’insister très fort pour faire chanter l’instrument… C’est toujours très difficile d’expliquer ce genre de feeling avec des mots…. je crois que ce qui résumera peut être le mieux les choses, c’est de dire que je me suis senti immédiatement à l’aise, comme chez moi et que j’ai eu l’impression de pouvoir jouer facilement, tout de suite…. sans aucun temps d’adaptation.

imageArticle



Très bon signe, lorsque j’ai joué pour la première fois avec cette gratte…. J’ai joué, c’est tout, aucune question ne m’est venue! C’était comme si je l’avais toujours eue et sur ce point, je fais évidemment un parallèle avec la Luke qui d’ailleurs, très étonnamment, est complètement différente, tant au niveau manche qu’au niveau son… Voilà, et comme le dit ma grand mé : « ben c’est comme ça, y a des chôses qui s’esspliquent pâs ! » et c’est aussi une des raison qui fait que je suis très peu et de moins en moins sensible aux descriptifs très techniques genre diapason machin, largeur du manche calculée au micron près, etc….

imageArticle



En dehors de cette diablerie de manche, on appréciera également un accès aux aigus vraiment excellent (24 cases) qui permet d’envisager des choses impossibles à jouer avec d’autres guitares.

imageArticle



Côté son, la monte micro Di Marzio est hyper connue et colle parfaitement à la guitare. Inutile encore une fois de se poser dix mille questions, un Tonezone en bridge (finalement on y revient toujours), un Air Norton en Neck et le true Velvet à mixer avec les deux autres pour obtenir toute une palette de sons clairs laissant toute Fender sur place… même sans forcer. En disto, le côté quelquefois un peu brouillon « à dompter » (et recherché) des Di Marzio est présent et très plaisant et l’on se retrouve très vite à jouer, en toute modestie… des plans Satrianesques sans réfléchir. Tous les sons High gain hyper sat’ sont autorisés, c’est le terrain de jeu favori de cette RG qui n’est pas une gratte de baloche, ni de jazz…..



La puissance est là mais elle est maîtrisable, tout ne se barre pas dans tous les sens dès qu’on augmente le gain de l’ampli ou de la disto, on garde toujours "la main" ("ben heureusement hein passeque pour jouer de la gratte hein!!!!!) et un côté très « ciselé » du son. Par rapport à des EMG de puissance identique, on n’a pas ce côté « chirurgical » que certains jugeront un peu ‘froid », le jeu au potard de volume s’en trouve facilité et l’on pourra ainsi très aisément, suivant la position du sélecteur, passer d’un son quasiment clair à quelque chose de très « couillu » sans changer de preset ni actionner aucune pédale d’effet .
Mais la RG 3250 n’est pas qu’une guitare de shredder (d’ailleurs je suis loin d’en être un moi même…). On peut aussi jouer du blues avec et j’y reviens encore, même obtenir des sons clairs magnifiques pour certains proches d’une acoustique. Taillée pour le rock on est d’accord, cette guitare peut en aborder tous les genres et se balader sans crainte sur tous les chemins détournés, c’est la deuxième raison pour laquelle Max (Ibanez) ne la reverra jamais ?…….

imageArticle



L’homogénéité de l’ensemble est l’un des points forts de cette guitare : pas de fioritures, rien de superflu mais tout ce qu’il faut pour s’éclater sans complexes et surtout sans chercher à comprendre (encore un lien étroit avec la Luke…). La RG 3250 MZ est une guitare que l’on joue d’instinct…



La troisième raison ? tient dans le vibrato Edge zéro qui est pour moi le meilleur vibrato du monde… Bien plus agréable qu’un Floyd, garanti sur facture indésaccordable, et surtout dont la tension est réglable à l’aide d’une molette située au dos de la guitare, sans aucun démontage…

imageArticle



imageArticle



Si je fais une comparaison avec d’autres guitares, celui de la Luke est top car hyper simple et super agréable à manipuler mais pas complètement indetunable (surtout en 9-42), celui la Music Man Petrucci est assez comparable à celui de la Luke avec peut-être un léger mieux en terme de tenue d’accord mais la guitare en elle même est moins sympa…, celui de ma JS2400 a le gros inconvénient de ne pas autoriser le blocage de la tige en position horizontale (super ch….) et ne dispose pas du système à molette dont j’ai parlé plus haut mais il paraît que Joe le préfère à tous les autres alors…… rien à dire ! Les Vigier sont soit très proches de la Luke soit très semblables aux Floyd mais ils sont plus « durs » …. Bref, le trem de la RG n’a pour moi aucun équivalent actuellement sur le marché….. Avec ça, vous pourrez toucher du bout du doigt les subtilités d’un Jeff Beck mais sans hésiter à dive bomber la mort comme Van Halen, le tout sans devoir ressortir la trousse à outil et les clés que vous savez à chaque fin de morceau….. Et « avec du 9-42 ? Ben ça marche aussi » me bafouille mémée…

imageArticle



A tout cela nous pouvons ajouter une qualité « Japonaise » sans défauts. L’assemblage est impeccable, pas de jeu dans les potards, un réglage usine parfait, un vernis qui ne fait pas semblant et un poids mesuré. La guitare est parfaitement équilibrée que l’on joue assis ou debout, elle ne vous « scie » pas l’avant bras droit grâce à la légère et discrète courbure de la table.

imageArticle



Livrée en étui custom prestige Team J Craft Ibanez, l’ultime qualité de cette RG, c’est son prix, 1600 euros (prix moyen affiché), à peine croyable…. Si on m’avait dit quelle en valait 1000 de plus, j’aurais trouvé ça normal…

imageArticle



Comme quoi il n’est pas nécessairement utile de viser les « tops models », signatures, ou custom shop pour se faire définitivement plaisir. Dans cette gamme de prix en tous cas, je ne vois aucun équivalent pour l’instant, si vous avez vous aussi l’occasion de l’approcher un jour, ne vous laissez pas intimider, essayez là, vous verrez ! Mais n’oubliez pas votre chéquier sinon les nuits seront difficiles….

Une dernière petite video pour le fun... Et si vous aimez, ben VOTEZ POUR MOI!!!! oui oui oui oui oui