1 week ago

IK Multimedia Modo Bass, le super test !!!

On ne présente plus IK Multimedia… La marque s’est forgée une solide réputation sur le marché des soft dévolus au home studio, synthés virtuels en particulier et aussi pour ce qui nous concerne, le fameux Amplitube que nombre d’entre vous connaissent et utilisent déjà depuis longtemps. Je proposerai d’ailleurs dans les prochains jours un super test d’Amplitube 5 « MAX », dernière version ultime hyper complète de ce logiciel extraordinaire. Aujourd’hui, je vous invite à découvrir le fabuleux « Modo Bass » dans sa toute dernière livrée, notamment enrichie de deux nouveaux modèles de basse qui ne manqueront pas de piquer au vifs les métalleux…


Moins connu mais non moins extra que son aîné Amplitube, Modo Bass est comme son nom l’indique un outil au service des compositeurs qui n’ont pas un bassiste sous la main et quelquefois pas davantage la basse qui va avec… Vous allez me dire, oui bon, les samples de basse on connait !!! Sauf que de samples il ne s’agit point, IK Multimedia nous propulse carrément dans un monde « virtuel » sur fond de « modélisation physique », une technologie jusqu’alors exclusivement réservée aux synthés…

Dans le cercle des softs dédiés à la basse, le plus connu est sans doute Trilian de Spectrasonics. Les démos auxquelles j’ai pu assister lorsque les salons existaient encore m’ont souvent interpellé mais j’avoue que pratiquant la basse « en vrai », je ne m’étais jamais trop appesanti sur les softs… Grave erreur !!! Avec Modo Bass en tout cas, c’est un univers fort impressionnant qui s’ouvre devant nous, d’autant plus que, comme nous allons le voir, la guitare midi (et oui encore elle…) offre un contrôle du jeu et  des sons évidemment bien plus adapté qu’un clavier synthé…

Sans rentrer dans des détails techniques rébarbatifs, j’insiste quand même sur la technologie déployée par IK Multimedia pour Modo Bass : comme évoqué plus haut, il ne s’agit pas de samples mais bien d’une modélisation physique des instruments et cela a son importance. En effet, là où un outil comme Trilian pèse plusieurs Gigas et accapare donc votre disque dur et votre RAM comme il se doit, Modo Bass occupe seulement 170 Mo... Votre Mac vous dira merci. Par ailleurs, c’est tout le process du jeu de basse qui a été modélisé, pas uniquement les instruments. Ainsi, les nuances, la façon de gratter les cordes, aux doigts, au médiator ou en slap, l’endroit où on attaque les cordes, le « buzz » des cordes sur le manche, le sustain, ont aussi fait l’objet d’une modélisation, ainsi que les interactions entre ces différents paramètres. Comparée aux samples, la modélisation offre ainsi un résultat stupéfiant beaucoup plus précis et naturel.

La première apparition de Modo Bass à l’écran donne un aperçu significatif de ce qui nous attend. Tout d’abord, c’est beau, le design est super soigné, l’ensemble est bien rangé, avec en particulier le choix des types de basse bien en évidence et la basse choisie en pleine face ! C’est particulièrement intuitif et ça donne envie... Comme c’est souvent le cas, le besoin de toucher à tout ou plutôt de « cliquer à tout » est irrépressible.

Dans sa version complète, le logiciel propose quatorze types de basses dans des registres différents, il y en a pour tous les goûts : deux Precision Bass  (60’s et 70’)s, deux Jazz Bass (70’s et modern), une Gibson EB-0, une Music Man Stingray 5 cordes, une Rickenbacker 4003, une Yamaha TRB5P, une Hofner Violin, une Gibson Thunderbird, une Ibanez Soundgear, une Warwick Streamer, une Fodera imperial series 6 cordes et une Dingwall combustion 5 cordes…

OK, bon… Le visuel c’est bien mais après…

…C’est bien aussi ! Je dirais même, carrément impressionnant ! Encore une fois, je précise que j’ai direct branché ma Luke midi, et que c’est avec elle que j’expérimente la chose via le GR55 ou le SY1000 (oui je sais vous attendez le test…). Il reste évidemment possible de jouer directement depuis le clavier à l’écran ou sur le manche également présent à l’écran, ou encore d’utiliser un clavier midi, mais inutile de dire que l’accès via un vrai instrument « à cordes » permet le rendu le plus réaliste.

Modo Bass au sein de Reason 11

Modo bass au sein de Reason 11

Comment ça marche ?

La barre de tâche en haut de l’écran permet de sélectionner tour à tour, le modèle de basse, le style de jeu (aux doigts, au médiator, en slap), les cordes, l’électronique, l’ampli et les effets et les contrôleurs.

Le style de jeu

Le jeu aux doigts peut être paramétré soit uniquement avec l’index soit avec l’index et le majeur. Il y a trois niveaux de vélocité possibles : soft, normal et hard. Un curseur situé sur la table de la basse permet de décider à quel niveau on attaque les cordes, plutôt vers le chevalet ou plutôt vers le manche, ce qui modifie évidemment la texture du son. En mode médiator, on peut décider de jouer tout vers le bas, en alternance vers le haut/vers le bas et la dureté du médiator… En slap, on peut laisser faire la machine en auto, ce qui a pour effet de simuler le jeu avec le pouce et l’index tirant la corde ou décider que seul l’index agira et dans ce cas paramétrer la vélocité afin qu’il n’agisse qu’à partir d’un certain seuil. On peut aussi paramétrer le « muting », ce qui est particulièrement intéressant dans le jeu au médiator pour des attaques bien rock bien dans le jus... Ces paramètres sont extrêmement sensibles, leurs variations s’entendent immédiatement dans le casque…

Mais le « play style » ne se limite pas à la main droite, la main gauche existe aussi… Et la combinaison des deux autorise un niveau de réalisme assez bluffant. Parmi les trucs les plus oufs : « Let ring » permet de laisser vibrer la corde sans les stopper en jouant, « Detach noise » permet de simuler les bruits générés sur le manche par un doigt qui appuie et relâche une note, « slide noise » simule le glissement du doigt d’une case du manche à une autre… L’outil « Controls » autorise une programmation aux petits oignons qui peut s’effectuer sur une ligne de basse complète afin de varier les plaisirs et de proposer une simulation très avancée du jeu d’un vrai bassiste.

L’onglet « strings » (non les chevelus, ce n’est pas ce que vous croyez…)

Vraiment énorme, chaque modèle de basse est personnalisable et peut être « équipé» d’une  5è voire d’une 6è corde…. Il est possible de choisir le tirant de ses cordes, leur type, leur hauteur par rapport au manche (l’action), mais aussi leur « âge ». Tous ces paramètres interagissent.

L’électronique :

Vous aviez deviné, on peut choisir parmi un ensemble de 24 types de micros différents et placer un maximum de deux micros sur la basse retenue, à l’endroit que l’on souhaite sur la table… On peut également choisir entre micros passifs et actifs et même un piezo… C’est possible ça mon Général ?

Amplis et effets :

On s’y attendait un peu, IK Multimedia propose deux modèles d’ampli basse ainsi que les effets les plus conventionnels, ça peut paraitre limité, mais Modo Bass peut aussi travailler en tandem avec Amplitube Custom Shop (logiciel gratuit) et utiliser les amplis basse qui y sont proposés si ça ne suffit pas.

Ce que j’en pense :

Voilà encore un bien bel outil pour les compositeurs solitaires ! Quel que soit le modèle de basse choisi, le résultat est véritablement « énorme »… Lorsqu’on connait un peu les différents modèles en question dans la vraie vie, on mesure le travail qui a été accompli par les ingénieurs de IK Multimedia. La Sting Ray sonne comme une Sting Ray, et on ne peut pas manquer d’identifier la Rickenbacker au premier virage… Mention spéciale à la nouvelle Metal Bass jaune poussin, j’adore, elle colle parfaitement à mes inspirations du moment ! Le must reste la possibilité de « mélanger » un peu tout ça sur un seul et même instrument, en modifiant son électronique par exemple, pour obtenir le son dont on rêvait, mais qui n’existera jamais dans notre monde bien réel…

Par ailleurs, la prise en main est simple et intuitive, pas besoin d’un bac + 12 pour appréhender ce logiciel. Les sons, leur diversité, la multiplicité des nuances et des styles de jeu donneront ou redonneront assurément à vos compos  le pep’s qui leur manquait (j’ai personnellement retravaillé certains plans qui ne devaient plus bouger…).  Comme s’agissant des amplis, guitares ou cabs virtuels, le maître mot de ce genre d’outils reste « l’authenticité ». Sur ce point, Modo Bass ne concède rien. Si nous sommes éventuellement d’accord qu’en théorie, rien ne remplacera jamais un vrai musicien jouant live, il sera bien difficile pour vos fans de faire la différence entre ce vrai musicien et Modo Bass, pour peu que vous ayez pris le temps de « travailler » la chose en profondeur et avec soin.

Dernier point très positif qui pour moi est loin d’être insignifiant… Exactement comme on le fait avec des synthés, une fois votre ligne de basse programmée, il restera possible de revoir votre copie en changeant le modèle de la basse, le style de jeu, les effets, etc, sans tout devoir rejouer et réenregistrer, sans bouger de sa chaise, et en écoutant, bien concentré, ce qui finalement sonne le mieux…

Au chapitre des « défauts », s’il faut en trouver quelques uns… :

Pour moi qui suis un grand adepte des plans à la Tony Levin, la panoplie aurait été complète avec une bonne fretless… D’autres noteront l’absence d’une basse acoustique ou d’une contrebasse. Moi je dis qu’on ne peut pas tout avoir mais… Mister IK si tu m’entends, une prochaine mise à jour peut-être !!!

Enfin, à mon sens et puisque le mieux est toujours l’ennemi du bien, le seul vrai inconvénient de ce genre de « moteurs », mais qui n’est absolument pas propre à Modo Bass, c’est qu’on a finalement beaucoup de mal à couper le contact. Entre les sons de gratte et les centaines de modélisations d’amplis, le choix de la caisse claire parmi un bon millier, les nappes des 25 synthés virtuels que l’on a stockés en magasin, les effets à l’infini, finaliser un projet peut tourner au pari impossible… Les possibilités sont tellement immenses qu’il  faudra vraiment faire preuve de pragmatisme et se fixer les limites qui s’imposent pour que les nuits restent des nuits, et que les jours soient productifs !

De ce point de vue, certains jugeront aussi qu’à force de remplacer les gens par des machines, machines hyper abouties et sophistiquées de surcroit, on finit par renoncer à l’essentiel, je veux parler d’une certaine spontanéité et d’un naturel qui nous sont chers… Mais on parlait déjà de tout ça quand j’étais en CM2, la zik et le plaisir d’en faire et d’en écouter sont toujours là donc !!!!!!

Reste qu’en tant que vieux camé de musique à enregistrer, le plus souvent solitaire et fervent adepte des greniers,  je ne pourrais plus me passer de Modo Bass. Ce logiciel justifie encore une fois mon utilisation acharnée de la guitare midi. J’ai comme l’impression qu’il ne manquait plus que lui pour vous offrir très bientôt des instrumentaux dignes de ce nom… On en reparle sous peu, dans la rubrique backing tracks, dès que j’aurai récupéré mon Mac agonisant…

Les dollars !!!

Si on aborde le chapitre « dollars », sachez que Modo Bass est proposé en deux versions : la version « light » comprend seulement deux modèles, la 60’s P Bass et la 70’s P Bass pour le prix de 179,99 euros et la version complète comprenant les 14 modèles est affichée à 239,99 euros. Je vous laisse juge, surtout en comparaison du prix d’une vraie basse qui tient la route (je ne parle pas du bassiste qui va avec…). Bref, comme à chaque fois chez IK, on en a pour son pognon. Pour la petite histoire, sachez qu’IK Multimedia offre toujours la possibilité de tester gratuitement ses softs avant d’investir… Je vous aurai prévenu, l’essayer c’est forcément l’adopter !!!

 

 

 

 

 

Comments

  • Est-ce que c’est accessible quand on est pas bassiste, parce que oui comme ça, ça semble vraiment sympa mais pas si évident de savoir configurer tout ça en se substituant à l’intéressé absent ?

  • La réponse est un peu dans la question... C'est sûr que c'est mieux si, même sans être bassiste, on a quelques notions de compo "ligne de basse" mais le logiciel est très intuitif et on s'y retrouve facilement. L'essentiel, c'est tout de même de savoir qu'on a à sa disposition de vrais sons calibrés "basse" le cas échéant. Après, en dehors des sons, il est clair qu'il faut être en capacité de "produire" une ligne de basse digne de ce nom (car cela le logiciel ne le fait pas). Il n'est pas non plus obligatoire de "pondre" un truc absolument parfait avec toutes le nuances très subtiles dont je parlais, même si effectivement, c'est assez tentant d'essayer... En tout cas si on veut s'y attaquer, Modo Bass offre toutes les garanties "techniques" pour y parvenir !

  • Merci pour ces précisions. En tant que "petit" guitariste, je devrais pouvoir me débrouiller. Pour info j'ai téléchargé la version démo, effectivement, je confirme, c'est extra !

Leave a Comment

Please login to your account or register to leave a comment on this article.
Once registered or logged in, you will be automatically redirected back to this article.