Se promener sur scène libre comme l’air, aller faire un tour dans le public, s’installer quelques minutes à côté du sonorisateur pour écouter ce que donne la balance (et surtout comment est le son de la guitare…) ne pas risquer un « arrachage » inopportun du jack qui « attache » le guitariste à son ampli, la technologie sans fil est un luxe certain pour les musiciens. Ce luxe se paie souvent cher et n’a pas que des avantages… Line 6, décidément sur tous les fronts, n’hésite pas à bousculer une fois encore les standards du genre en faisant entrer le numérique dans les « relay » G30, G50 et G90, des systèmes sans fils pour guitare « démocratiques » et pourvus des dernières avancées technologiques disponibles.
G66
Pour avoir utilisé régulièrement des systèmes sans fils par le passé, je n’en ai jamais été un grand fan. D’abord à cause de la dégradation du signal qu’ils occasionnaient et ensuite parce que suivant la qualité des piles qui les alimentaient, il était difficile de « prévoir » à quel moment, sur quel couplet ils risquaient de s’éteindre ou de perdre votre trace. Il n’était pas non plus évident de se « caler » sur le bon canal sans choper les multiples interférences liées à l’usage domestique de certains appareils « voisins » non indispensables à une existence humaine normale (une télévision par exemple ?…). Lorsque Line 6 m’a proposé le « relay G50 », je me doutais bien que des progrès avaient été faits par rapport aux anciennes générations, ils sont bien présents…

imageArticle



Pour ceux qui ne seraient pas aguerri ! à ce type de matériel, le système est très simple. Il est composé d’un émetteur que vous portez à la ceinture et qui est branché en jack dans votre guitare, et d’un récepteur connecté en jack à l’entrée guitare de votre ampli. L’émetteur contient toujours des piles mais les « 9v » ont laissé place à deux LR6 qui autorisent une autonomie d’environ 8h. Le récepteur se branche sur le secteur. Il n’y a pas vraiment de risque de se laisser « surprendre » car l’émetteur dispose d’un écran LCD indiquant l’autonomie restante et d’un voyant que l’on retrouve aussi sur le récepteur… Les deux parties inspirent également confiance sur le plan « construction », métal et polycarbone sont au rendez vous, c’est « lourd » et c’est bienvenu car c’est évidemment le genre de matériel qui « bouge » beaucoup. Le récepteur peut aisément trouver place sur un pedal board au même titre qu’une pédale d’effet.

imageArticle



L’utilisation est ultra simple, il n’y a pratiquement rien à faire. Une fois allumés, on choisit un canal commun aux deux éléments qui se « reconnaissent » immédiatement. Pas de galère, La technologie DCL (Digital Channel Lock) exclue automatiquement toutes les sources d'interférences, la seule chose qui « passe », c’est le son de la guitare... C’est clean, net, précis. Les essais sont très concluants : tout d’abord, la transmission est sans faille, je me suis placé à différents endroits, près du récepteur, loin, puis très loin, le son continue de passer, même à travers les murs et même d’un étage à l’autre de ma maison qui dispose pourtant de planchers béton… En extérieur c’est idem ! Ensuite, j’ai eu beau chercher et changer plusieurs fois de branchements pour « être sûr », je n’ai perçu aucune différence de son entre le sans fil et le « câble » et cela que je sois à côté du récepteur ou très loin. Il n’y a réellement aucune déperdition, en tous cas rien de perceptible à l’oreille en wireless, l’instrument « s’exprime » sans limitations et il est impossible de faire la différence avec le son « câblé », impressionnant ! J’ai utilisé le relay G50 plusieurs heures d’affilée sans noter la moindre défaillance ni perte de signal. J’avais oublié à quel point il est agréable de pouvoir « voyager » sans fil à la patte, aller régler l’ampli sans se préoccuper « d’embarquer » tous les trucs qui traînent par terre avec le cordon qui s’emmêle et s’enroule sur lui même toutes les trois secondes (oui je sais, à vous ça ne vous arrive jamais ?…).

Petit « plus » Line 6 : on sait que théoriquement, le son varie en fonction de la longueur du cordon jack reliant la guitare à l’ampli… Les systèmes relay intègrent une « simulation » de la longueur de « câble » pour coller complètement à la réalité « câblée » ou pour que vous retrouviez exactement le son de votre guitare « branchée » s’il vous arrive d’alterner les deux possibilités. J’avoue ne pas forcément avoir perçu de réelles différences de son entre les différentes longueurs « virtuelles » de fil proposées, de la même façon que je n’en perçois pas vraiment non plus en utilisant des fils de longueur différente… A moins d’utiliser des jacks de 20 mètres de long, ce qui il est vrai peut arriver sur scène. Bref, ce n’est pas pour cette fonction que vous vous pencherez sur les relay de Line 6 mais bien pour tout le reste !

Suivant les besoins (et les moyens) de chacun, 3 modèles sont disponibles dont les différences tiennent essentiellement à la portée, 30 mètres pour le G30, 60 mètres pour le G50 et 100 mètres pour le G90. Le G30 n’offre que 6 canaux au lieu de 12 pour les deux autres, ce qui n’est pas très gênant, il ne dispose pas de l’écran LCD de contrôle (il faut donc se contenter du voyant) et le G90 se présente en format rack 19 pouces 1 unité, ce qui autorise une intégration en fly case…

:-( C’est à ce moment de l’histoire que j’en viens à « pester » grave contre mon GK3 et ma prise 13 broches qui pour l’heure ne bénéficient pas de ce type d’installation, bien dommage d’ailleurs car pour ce qui est de l’emmêlement, y a pas mieux !

imageArticle



Prix moyens constatés :
Relay G30 : 299 euros
Relay G50 : 429 euros
Relay G90 : 599 euros
Et au cas où vous égareriez l’émetteur, il peut aussi s’acheter seul au prix de 199 euros…