…Que de courriels par rapport au GR55 ! A croire que toute la planète guitare a décidé de se mettre au synthé… A défaut de vous proposer un « vrai » test complet avec vidéo et audio (ce qui ne manquera pas d’arriver dans les prochains jours), je m’en vais vous faire part de mes premières impressions, à chaud, après avoir déjà fait un bon tour d’horizon de ce nouveau synthé guitare Roland… bien que reçu il y a seulement quelques jours. Il y a deux niveaux dans ce que j’ai à vous dire… Mon propos sera à considérer de manière assez différente suivant que vous êtes un utilisateur du VG99 ou pas; car bien sûr, la comparaison de ces deux matériels est inévitables, c’est d’ailleurs un sujet qui préoccupe énormément, si j’en crois le contenu des messages/questions qui me sont régulièrement adressés.

imageArticle

G66
Tout d’abord, côté guitare, on retrouve évidemment de très grandes similitudes avec le VG 99. Le GR55 affiche les mêmes modélisations de guitare électriques, acoustiques, sons GR300/500 et basses et les mêmes choix, plus limités en nombre, d’amplis, baffles, micros, effets. C'est le même « esprit » et le même grain de son avec quelques différences d’importance malgré tout. Les sons de guitares acoustiques « steel » sont toujours aussi saisissants, particulièrement en douze cordes et le fait de pouvoir garder un manche d’électrique tout en balançant la sauce en acoustique s’avère toujours aussi jouissif… Les simuls de guitare électrique sont aussi très réussies et, pour qui connaît les originaux, l’ensemble est plutôt convaincant. Pour aller au bout de la simulation, on peut toujours, de la même façon que sur le VG99, sélectionner le(s) micro(s) sur le(s)quel(s) on veut jouer, ce qui donne bien sûr des résultats différents au niveau du son et du résultat final obtenu tout comme lorsqu’on agit sur le sélecteur micro d’une vraie guitare. Par contre, la possibilité de « fabriquer » sa propre guitare et de placer les micros selon ses désirs a disparu; dommage, cela pouvait ouvrir des horizons nouveaux et permettre aux savants fous de réaliser une partie de leurs rêves…

Première différence « marquante » et très « ennuyeuse » par rapport au VG99 : le GR 55 ne permet pas de « superposer » deux modèles de « guitare ». Vous ne pourrez avoir qu’un seul son de guitare modélisée à la fois et pas deux comme c’est le cas sur le VG99. Mélanger une acoustique steel avec une Télécaster ou une Strat avec une Les Paul s’avèrera donc impossible (à moins de piocher du côté des sons synthés mais les résultats ne seront pas du même niveau). Pour ceux (comme moi) qui ont pris l’habitude d’utiliser ce luxueux mélange, c’est assurément décevant. Vous ne retrouverez pas exactement vos sons préférés, il faudra bidouiller pour s’en rapprocher sans jamais parvenir à les égaler vraiment, un peu frustrant.
Vous ne retrouverez pas non plus les effets D-Beam et autres Ribbon, moins grave sans doute, mais dommage quand même, car même s’ils n’étaient pas essentiels, ils pouvaient apporter de petits plus sympas et sur scène, le côté visuel aurait pu coller assez bien à l’image du GR55, côté « nouvelles technologies »…

Au niveau effets, j’ai retrouvé la même identité très colorée « Boss », un certain nombre de pédales ont disparu par rapport au VG99, dans tous les domaines et notamment au niveau des saturation/disto… les reverbs/delays ne m’inspirent toujours pas plus que ça mais beaucoup d’entre vous les jugeaient plutôt pas mal sur le VG99 donc, cela doit tenir à mes exigences très particulières dans ce domaine…

Bref, toujours en restant sur les sons de guitare et pas autre chose, en cherchant bien, on obtient tout de même une belle palette de sons très variés mais il m’a semblé que les résultats en sons saturés étaient moins bons qu’avec le VG99, un peu trop « numériques », quelquefois même assez nasillards… Il me faudra encore un peu de temps pour affiner l’affaire et je le rappelle, ce sont des impressions « à chaud » donc… elles valent ce qu’elles valent. Je doute que Roland ait jugé utile de modifier en profondeur les circuits secrets du GR55, on devrait donc normalement retrouver à peu de choses près le son du VG99, limité à une seule guitare au lieu de deux ensembles!

Premier constat côté sons de guitare pure : mention assez bien si on ne connaît pas le VG 99, mention nettement moins bien quand on a un VG99…

Deuxième différence mais il faut espérer que ça vienne un peu plus tard : le GR 55 n’est pas assorti d’un éditeur informatique. Il faut tout faire à partir du pédalier et de son écran certes assez grand mais quand même… Une interface du type de celle proposée avec le VG99 serait bien utile et surtout bien plus agréable compte tenu de la pléthore de paramètres à régler, tant en guitare qu’en synthé… cela n’empêche d’ailleurs pas le branchement de l’appareil en USB sur un ordinateur (ce qui est d’autant plus frustrant) pour s’enregistrer (ça fonctionne très bien j’ai testé…).

Troisième différence : la connectique disponible sur le GR55 est moins complète que celle du VG 99 mais il est vrai que ce dernier est plutôt bien pourvu dans ce domaine. De plus la notice d'utilisation étant fort mal conçue, j'ai d'abord cru qu'il ne serait jamais possible de "séparer" les sons de synthés des sons de guitare et que la seule solution était de tout envoyer sur un même système d’amplification. On sait bien que ces deux types de sons requièrent des systèmes d’amplification séparés et différents pour s’exprimer au mieux. Envoyer un son de flute dans un ampli guitare sonne toujours « bizarre »… Bref, après pas mal de manips et beaucoup de temps perdu à chercher une solution, j'ai fini par comprendre que la prise guitar out pouvait aussi bien véhiculer le son dry de la guitare (celui des micros d'origine) que celui des guitares modélisées. Mieux, on peut même faire un mix des deux. Du coup, les sorties stéréo serviront principalement pour les sons de synthé que l'on dirigera vers une sono et la sortie guitare out permettra d'utiliser un modèle de guitare, une Tele ou une Les Paul par exemple que l'on enverra ensuite dans un ampli de son choix (et ses propres effets). Assez sympa, car il devient envisageable de n'utiliser que les modèlisations de guitare, sans être obligé d'y ajouter les amplis et effets internes du GR55. Contre partie : a priori, les simulations d'amplis et effets "guitare" du GR55 ne sont utilisables que via les deux sorties stéréo également empruntées par les synthés... Là c'est un peu moins bien... A ce niveau, on ne peut dissocier les deux... Un choix assez limitatif qui oblige pratiquement à faire une croix sur ces simulations d'amplis guitares (volume à 0 obligatoire) dès lors qu'on se sert des synthés (ou l'inverse) à moins d'accepter que les deux parties sortent sur le même système d'amplification... Pas top...

Côté synthés, grands changement également mais là, dans le très positif. Si les sons en eux mêmes ne sont pas hyper originaux (c’est du Roland pur jus sans grande évolution depuis un paquet d’années), c’est le tracking (c’est ça que vous voulez surtout savoir n’est ce pas ?) qui a évolué de manière très significative. Un excellent point qui permet de jouer beaucoup plus naturellement, sans trop se limiter. Attention, tout n’est pas parfait et il serait faux de dire que les sons de synthé sont jouables sans plus aucune adaptation mais l’évolution est réellement très sensible. En grand progrès également, les bends deviennent désormais possibles sans pratiquement aucune restriction, très très cool. Par rapport à des outils plus anciens type GI20, GR20, GR33, et même VG99 (fonction guitar to midi), la différence est nette. Le choix des sons qui composent la bibliothèque interne du GR 55 n’y est sans doute pas étranger. Pas super originaux comme je disais plus haut mais ils « collent » dans l’ensemble très bien à l’utilisation que peut en espérer un guitariste. Les flutes (oui je sais je fais une fixette là dessus) sont parfaites, les violons également. Il y a aussi des choses très intéressantes dans les pianos, Rhodes notamment avec un rendu assez fidèle et en même temps très « guitaristique »… Difficile à expliquer. Par ailleurs, le fait de pouvoir mélanger deux sons de synthé différents dans un même patch donne accès à une vraie diversité sonore. Les sons ne sont pas figés, ils sont modifiables assez « simplement », et sans tomber dans l’usine à gaz genre Omnisphere, on peut ainsi multiplier ses créations et se « fabriquer » un bel univers musical bien à soi, exploitable à la six cordes…

Le GR55 peut aussi piloter des synthés externes en midi ou en USB mais là, les résultats sont nettement moins enthousiasmants. J’ai fait un essai avec Omnisphere juste pour voir… Pas terrible, on retrouve des décrochages permanents, rien de comparable avec les sons du module interne en tous cas. Je retenterai le coup très bientôt en effectuant tous les réglages qui s’imposent et on verra… Mais l’important était de dissiper le doute, le GR 55 agit bien dans ce cas comme un convertisseur midi au même titre qu’un GI20…

L’idée d’avoir installé tout ça à l’intérieur d’un pédalier disposant de surcroit d’une pédale d’expression n’est pas mauvaise. Par contre, les seuls trois switches permettant les changements de banques et de sons risquent d’être assez vite limités et surtout pas super pratiques sur scène en cas de changements fréquents de presets… On est assez loin d’un FC 300.

L’ergonomie d’ensemble, la manière dont on triture les sons est correcte. On se fait assez vite à la chose, pourvu qu’on ait intégré la logique des différents menus à sélectionner pour modifier les paramètres souhaités.

Le GR 55 embarque également un looper auquel je ne me suis pour l’heure pas encore intéressé et un lecteur audio qui permettra de lire vos backing tracks à partir d’une clé USB, sympa… Cela fait une raison de plus pour préférer une sono à un ampli guitare pour la restitution.

Bien embêté pour donner un avis objectif dans l’immédiat… D’une certaine manière, le GR55 est un VG99 simplifié, dépouillé de certaines fonctions assez cruciales et dépourvu d’une connectique appropriée, ce qui est pour moi son principal défaut. A côté de ce constat gênant, il fait largement progresser les choses au niveau tracking et il propose une banque de sons synthés PCM très complète (à défaut d’être super originale). C’est assez bien vu sur le plan marketing de la part de Roland : le GR55 ne remplacera jamais complètement votre VG99… En même temps, il en propose beaucoup plus sur le plan synthé. L’idéal est donc d’avoir les deux ! … et d’utiliser ce qu’il y a de meilleur sur chacun : le VG 99 pour ses modélisations guitares avancées et le GR55 comme synthé guitare uniquement… Mais là, il y a un vrai souci… Comment faire, puisque les deux sont liés à l’utilisation d’un capteur GK (ou plus exactement d’une prise treize broches) ? Comment connecter un même capteur sur deux appareils distincts en même temps ?

Il y a surement encore beaucoup de choses qui m’échappent… C'était "un premier jet", pour vous faire patienter encore un peu. La suite, plus aboutie, au prochain épisode… Et pour les questions très techniques, une rubrique spécifique GR55 a été créée sur le forum!

Vos commentaires, et les idées que je n’ai pas eues sont les bienvenus, quant aux sons et à l’image, c’est promis, c’est pour bientôt.