Combien de plans avez-vous perdu, oublié parce que vous aviez la flemme de rebrancher le micro dans la carte son pour enregistrer vos délires ou seulement d’appuyer sur la touche REC ? Le riff qui aurait pu vous mener à la célébrité s’est évaporé, dommage… Allez, vous aviez bien un dictaphone ou simplement un téléphone portable ? Oui mais c’est galère, et enregistrer pour récupérer un son pourri n’est guère motivant… alors…
G66
...Alors Line 6 a pensé à vous et a conçu le BackTrack, un outil plutôt sympa qui permet, sans pratiquement s’occuper de rien, d’enregistrer tout ce que vous jouez et de ne conserver, à la volée, que les plans qui valent vraiment le coup!

Explications…
Le Back Track ressemble à un gros briquet équipé d’une entrée jack guitare (6,35 mm) et d’un sortie du même calibre. Vous branchez votre guitare d’un côté, et votre ampli de l’autre et le tour est joué. Le Back Track détecte automatiquement votre jeu (déclenchement de l’enregistrement réglable en fonction de l’intensité de votre coup de médiator…) et enregistre tout ce que vous faites… sans que vous ayez à vous occuper de quoi que ce soit… Trop fort ! L'enregistrement est automatique mais vous pouvez bien sûr également décider d’utiliser la fonction d’enregistrement manuel.

imageArticle



Le stockage des plans enregistrés se fait à l’intérieur d’une mémoire flash dans deux dossiers distincts : un premier dossier (unmarked) qui récupère tout quoique vous fassiez, et un deuxième (marked) qui ne garde que ce que vous lui imposez de garder. Ainsi, si à un moment donné vous avez le sentiment d’avoir joué un plan d’enfer, il suffit d’appuyer sur le seul gros bouton situé sur le « corps » du Back Track, et votre plan est sauvegardé et ineffaçable dans ce dossier « marked ». Tout le reste s’efface au fur et à mesure que la capacité mémoire diminue pour laisser place à de nouveaux plans, vous n’avez même pas besoin de vous occuper de libérer cet espace... Assez génial !

imageArticle



Pour « récupérer » vos plans, rien de plus simple, il suffit de connecter le Back Track à votre ordinateur via un câble USB spécifique fourni. Il se comporte alors exactement comme une clé USB (vous pouvez d’ailleurs vous en servir pour sauvegarder d’autres types de fichiers que ceux du Back Track lui-même), vous voyez apparaître les deux dossiers dont nous venons de parler, et vous pouvez en extraire les fichiers audio (format . Wav) que vous voulez. Ces fichiers sont ensuite exploitables dans votre DAW habituelle ou simplement pour écoute sur un lecteur audio de votre choix… Vous pouvez aussi les graver sur un CD ou les convertir en MP3 pour les envoyer aux musiciens de votre groupe…

imageArticle



Le logiciel fourni (très simple) permet de spécifier le niveau de qualité des enregistrements automatiques ainsi que la plupart des réglages basiques de l’appareil. Le Back Track est capable d’enregistrer au format qualité CD (44.1kHz/16 bits) mais aussi en 48kHz/24 bits… La qualité choisie est inversement proportionnelle à la durée d’enregistrement. En moyenne, il pourra emmagasiner jusqu’à 12 heures de musique.

Vous pouvez bien sûr écouter en direct ce que vous venez d’enregistrer sur le Back Track qui dispose de fonctions lecture et même « loop » au même titre qu’un vrai magnéto. Si vous avez envie de rejouer sur ce que vous venez d’enregistrer, pas de problème, ça le fait aussi !

Côté alimentation, pas de piles à changer, le Back track se recharge lorsqu’on le branche à l’ordinateur et peut « tenir » jusqu’à 8 heures…

Il existe deux versions du Back Track : le Back Track et le Back Track + mic. La différence tient dans la possibilité de la version Mic d’enregistrer via un micro intégré, au lieu d’utiliser la seule connectique guitare branchée en direct. C’est sympa, pour enregistrer une répète par exemple et pas uniquement ce que l’on joue soi même. Le principe reste identique, dès qu’il « entend » quelque chose, le Back Track l’enregistre!

imageArticle



Si vous branchez le Back Track entre la guitare et l’ampli, vous enregistrerez le son de la guitare brut, c'est-à-dire sans effets ni réglages préamp. Cela peut permettre de les envoyer « tels que » dans une DAW et de leur affecter un son retravaillé au sein d’un logiciel dédié type GR4, Amplitube ou autre. Mais il est tout à fait possible de le brancher « après » les effets, et donc de récupérer le son tel que vous l’entendez, c'est-à-dire avec les réglages d’égalisation de l’ampli, la saturation et les effets par exemple. Les différents essais que j’ai pu faire donnent d’excellents résultats. La qualité du son enregistré est vraiment très bonne et pour maquetter, on peut très bien ne pas aller plus loin et balancer le fichier audio directement dans la DAW sans se poser de questions. Les résultats ainsi obtenus sont réellement très « propres ».

imageArticle



Bref, encore une idée, un outil très sympathique, évidemment très orienté guitare mais on ne va pas s’en plaindre, d’une facilité d’emploi tout à fait déconcertante (la marque de fabrique de Line 6) et « pensé » pour que l’on n’ait pas besoin d’y penser... La seule « mini » critique que l’on pourrait peut être lui faire, c’est de ne pas « proposer » en enregistrement le double choix Wav/MP3, ce qui, dans certains cas, pourrait encore nous faire gagner un temps précieux…

Prix :
Environ 100 euros pour le Back Track
Environ 145 euros pour le Back Track Mic

imageArticle