Vous connaissiez Line 6 pour les amplis à modélisation… Voici le M13 ! Ce ne sont plus les amplis mais les pédales d’effets que cette société ultra dynamique et toujours à la pointe de l’innovation en matière de sons de guitare, modélise. A l’intérieur de cette grosse boite pleine d’effets, vous trouverez tout ce que vous avez déjà à vos pieds mais à la puissance 1000, sans les fils, sans les buzzs, et en gardant la maîtrise totale de votre set car le système est ouvert sur l’extérieur et ne vous imposera pas de jeter à la poubelle les effets que vous avez déjà, et auxquels vous tenez… De plus, comme toujours avec Line 6, tout cela se fait en douceur, avec une grande simplicité d’utilisation car il est bien entendu que nous sommes guitaristes, pas ingénieurs du son ! En avant pour ce super test audio et video...
Monté comme un tank avec du vrai métal de guerre qui pèse son poids, le M13 présente bien et… il donne tout de suite envie de jouer. Les switchs sont du même tonneau et ne risquent pas de vous laisser tomber au premier concert. En plus d’être particulièrement « costaud », le pédalier est esthétiquement très réussi, compact et « beau » lorsqu’il est allumé ! Un codage simple par couleurs, permet de visualiser immédiatement les « scènes » (dont nous allons reparler) et les effets qu’elles contiennent. Les diodes allumées plein pot correspondent aux effets réellement utilisés, les autres, atténuées, à ceux que vous pouvez toujours enclencher en temps réel…

imageArticle



Sur le plan ergonomique, un sans faute et, puisqu’il faut bien comparer la chose à ce qu’elle est censée remplacer, c’est à dire un paquet de pédales d’effets enchevêtrées, plus ou moins bien alignées et branchées, il n’y a pas photo, le M13 fait très très fort ! N’oublions pas que les branchements successifs et multiples sont sources de bien des ennuis sur scène comme à la maison ou en studio; ronflettes, buzzs, atténuation du signal, absence de son tout bonnement… avec Le M13, vous n’aurez déjà pas ce souci là, ce qui déjà devrait commencer à vous faire réfléchir…

Le concept de modélisation d’ensemble est le même que pour les amplis. On cherche ce qui se fait de mieux dans la vraie vie, on reproduit à l’identique les meilleurs effets du moment en en respectant toutes les caractéristiques, à la course de potentiomètre près.
Dans un premier temps, dans le cadre d’une utilisation « classique », c’est à dire avec mettons… une guitare et deux amplis (pour la stéréo), vous aurez en tout et pour tout 3 jacks à brancher, celui de votre guitare et les deux qui rejoindront les deux amplis… Si on ajoute à cela le fil d’alim secteur, ça vous fera au total……. 4 fils à la patte ! Une belle prouesse, compte tenu des possibilités sonores de l’engin, dont je m’en vais maintenant vous causer…

Résumons nous, vous avez devant vous 4 écrans correspondant chacun à une pédale d’effets ou plutôt, à un groupe de pédales d’effets, et 15 footswitches. Parmi ces 15 là, 3 sont dédiés à une utilisation disons « globale » du pédalier (les trois les plus à droite sous le logo M13) et les 12 autres sont associés à une pédale d’effet, que vous leur aurez préalablement assignée… Clair ?

imageArticle



D’emblée, je ne résiste pas à vous exposer la première des qualités de ce magical mystery pedalboard… j’ai nommée : la simplicité d’utilisation. Une fois qu’on a intégré la logique du système, qui est justement particulièrement « logique », on se fabrique des sons sans réfléchir, ce qui permet de rester concentré sur l’essentiel, c’est à dire la musique et point barre ! Et oui car, contrairement à ce que l’on pourrait peut être imaginer en le voyant, le M13 est super facile à gérer, intuitif et orienté musique, nul besoin d’un diplôme des arts et métiers pour en découvrir toute la moelle.

Dans la pratique c’est très simple, en appuyant sur le bouton « Mode select » (en dessous de chaque écran), on sélectionne un groupe d’effets à choisir entre les suivants :
-Overdrives/distorsions/compression/égalisation
-Delays
-Reverbs
-Modulations (phaser, flanger, chorus, panner, etc…)
-Effets spéciaux (auto wha, tremolo, etc…)

imageArticle



En tournant ce même bouton, on choisit l’effet désiré à l’intérieur du groupe. On appuie de nouveau, l’effet est sélectionné. Et là… il n’y a plus qu’à « jouer » avec les paramètres, exactement comme si on avait devant soit une pédale d’effet. Sauf que, dans le cas du M13, ce n’est pas d’une seule pédale dont il s’agit mais d’une bonne centaine… comme si vous aviez sous les pieds tous les effets possibles, que vous pouvez mélanger, mettre dans l’ordre que vous voulez mais sans rien avoir à débrancher puisqu’il n’y a aucun fil, tout étant câblé pour vous à l’intérieur du pédalier. Une foultitude de possibilités… 30 pédales dans le 1er groupe dont 6 compresseurs, 5 égaliseurs, 14 Distos… 12 types de reverb, 17 types de delay et largement autant en effets de modulations et autres effets « spéciaux ». Difficile d’en proposer davantage…

Si l’on prend l’exemple du groupe 1, tous les types de saturations sont présents, de la seule compression à la disto métallique la plus pointue, en passant par tous les intermédiaires. Je signale au passage l’extrême sensibilité des réglages, qui permet d’aller vraiment au fond des choses et d’obtenir toutes les nuances dont on peut rêver ! Le potentiel est énorme : on peut cumuler jusqu’à 4 effets dans ce que Line 6 appelle des « Scènes », chaque Scène correspondant à un « pedalboard » complet, que vous avez créez, dont tous les paramètres sont mémorisés et que vous pouvez rappeler instantanément au pied, au gré de vos besoins. Le truc vraiment sympa, et c’est là le vrai intérêt du M13 par rapport à un pédalier à effets classique est que la « scène » que vous venez de rappeler ne se résume pas un seul preset préenregistré, elle n ’est pas figée… Bien au contraire, si vous avez bien géré votre affaire en amont, vous pourrez à loisir « bouger » les choses en temps réel à l’intérieur d’une scène, passer par exemple d’une disto High gain à une disto plus blues, voire à pas de disto du tout, simplement en appuyant sur un switch, sans modifier les autres effets que vous aviez chainé avec !

Tout cela est très bien pensé et devrait vraiment satisfaire les guitaristes réfractaires au pédaliers d’effets qui ont souvent l’impression qu’on leur a subtilisé toutes les pédales qu’ils apprécient de pouvoir enclencher au moment voulu, sans être tributaires de quoique ce soit d’autre… Avec le M13, vous pourrez sauvegarder 12 scènes différentes correspondant en fait à 12 pedalboards différents , « triturables » individuellement comme on vient de le voir !
Et ce n’est pas tout, vous pourrez démultiplier encore ces possibilités car ces 12 scènes peuvent être « rangées » dans des « dossiers », au nombre de 4, ce qui fait……… 48 scènes au total !!!!!!!!!! Alors, heureux ?

imageArticle



En dehors des effets proprement dit, le M13 embarque un Noise Gate très performant qui ne « bouffe » pas le son, très intéressant lorsque vous voulez vous aventurer sur des terres métalliques car même avec le gain à fond, il n’y a pas un bruit lorsque vous lâchez le manche… Très fort ! Par ailleurs, vous disposerez d’un accordeur et d’une connectique hyper complète qui vous autorisera toutes les fantaisies possibles, notamment si vous voulez encore rajouter des effets externes (ceux dont vous ne vous séparerez jamais !!!) car une boucle spécifique est prévue pour cela… et pas n’importe laquelle, elle est paramétrable dans tous les sens, en pré, post FX, avant ou après tel ou tel effet du M13, etc… Une connectique pour une ou deux pédales d’expression vous permettra d’exploiter au maxi le potentiel de la machine et les prises midi… le Graal pour un garçon comme moi qui automatise beaucoup de choses, vous ouvrira les portes des programs changes et autres dumps pour sauvegarder l’intégralité de vos créations sonores.

imageArticle



Et comme si tout cela ne suffisait pas, le M13 vous propose un Looper intégré très bien foutu avec différents réglages de niveau suivant les passes ou overdubs enregistrés et une égalisation dédiée… Je vous en reparlerai très bientôt lorsque j’aurais eu le temps de « l’expérimenter » en profondeur…

Petit point de détail mais qui a son importance, le menu « Préférences » dont on se sert pour gérer les paramètres globaux du pédalier intègre deux modes de bypass : un true bypass que je ne vous ferai pas l’injure de commenter et surtout un DSP bypass très sympa qui autorise les transitions d’un effet à l’autre en douceur, c’est à dire sans couper brutalement la reverb ou schinter méchamment le delay… Ceux qui travaillent avec des sons très emprunts d’echo ou des effets de retard, à la U2 par exemple, verront tout de suite l’intérêt de ce « détail » dont même les modules d’effets les plus chers ne sont souvent pas équipés (le VG99 par exemple…).

Parlons maintenant de la qualité des sons obtenus ! J’avais déjà goûté au Vetta II qui fait partie de mes amplis fétiches car il y a tout dessus (ou presque…), mais là, en stéréo Mesdames Messieurs sur deux amplis réglés en position « neutre »…… c’est du pur bonheur, le M13 fait tout ! Les tests ont été faits avec une Ibanez JS 2400 (Di Marzio…), une Musicman Luke (EMG…), micros passifs et actifs donc, deux Fender Hot Rod (à lampes ceux là…) mais aussi un petit Spider Valve 75. La variété de sons saturés est impressionnante. Les irréductibles du son lampe leur trouveront peut être un côté un peu synthétique, moi j’aime beaucoup. En y passant le temps qu’il faut, on peut vraiment « modeler » le son et tout jouer. Tous les styles de musique peuvent être interprétés. Le son est toujours ultra précis, tranchant, mais on peut le rendre « baveux » au besoin (ça c’est pour le puristes lampeux…). En même temps que les sons High gain, les sons blues rock sont là. Sur le micro grave, quelle que soit la guitare, c’est un vrai régal !



Moi qui suis particulièrement utilisateur de delays, ceux présents sur le M13 sont d’une clarté et d’une finesse rare
tout en restant complètement basiques à régler… Un vrai plus de ce côté tout comme du côté des modulations qui, en stéréo sonnent réellement très mortellement. Il n’y a jamais 25 paramètres à triturer pour obtenir le son désiré et pourtant, il est là…



De même, j’ai particulièrement craqué sur les compresseurs, également d’une grande simplicité mais super efficaces et donnant accès à des sons funk diaboliques lorsqu’on utilise la JS en simples bobinages. Bref, pour moi, le plus bel éventail de sons de guitares jamais testé.

Habituellement, je suis plutôt adepte du rack ou pédalier programmable sans plus. J’ai trop « galéré » avec les pédales d’effets classiques… Rencontre assez improbable pour moi, j’ai découvert dans ce M13 un concept original que je ne connaissais pas et vers lequel je ne serais pas allé d’emblée… Merci aux gens de Line 6 de me l’avoir mis entre les mains ! Le M13 est proche du musicien, simple d’utilisation, ouvert sur l’extérieur et il réunit tous les effets imaginables en une seule et même entité en ne sacrifiant rien à la qualité. Franchement, si vous avez l’occasion de vous y coller, ne passez pas à côté de ce pedal board ultra complet qui pour ce qui me concerne va devenir le centre névralgique de mon set perso.

Dernière petite chose avant de passer à d’autres tests fort motivants, le Line 6 M13 est à 529 euros chez Thomann, le prix de 3 ou 4 pédales d’effets classiques… Je n’en dis pas plus ! A bientôt pour de nouvelles sound adventures…

Les démos audio de Dominik Hardy :

Blues rock sound :


Disto High gain 1 :


Disto High gain 2 :


Disto High gain 3 :


Disto High gain 4 :


Disto High gain 5 :


Funk Clean compressed sound 1 :


Funk Clean compressed sound 2 :


Clean Chorus/delay sound :


Phasing funk sound :


Clean Tremolo sound :