Nous ne sommes pas nombreux à l’avoir reçue en France… C’est donc en avant première que je vous propose ce test sur Fret Time, merci Line 6 ! La James Tyler Variax est l’association d’un luthier bien connu des amateurs de réalisations vintages haut de gamme et d’un des constructeurs les plus innovants de matériel guitare au monde… C’est une guitare pas comme les autres, simplement parce que ce n’est pas UNE guitare mais 25 à la fois… Elle a dans le ventre un bouillon technologique impressionnant donnant accès à de multiples modèles d’instruments à cordes, allant du dobro à la Les Paul, en passant par la folk, le banjo, la cithare, et tous les modèles incontournables de guitare électriques dont vous n’osez même pas rêver. C’est encore la modélisation qui autorise toutes ces folies, art dans lequel Line 6 est passé maître depuis maintenant pas mal d’années…… Découvrons ce beau bébé, et ce « super test » en vidéo et en audio comme d’hab !
A l’origine, les guitares James Tyler sont fabriquées aux Etats Unis. Ce sont des supers Strat et Télé construites et peintes à la main, vendues à des prix……. Les coloris souvent très originaux voire un peu « destroy » sont très caractéristiques et les James Tyler ne passent souvent pas inaperçues en magasin… Line 6 ne s’est pas trompé en confiant à ce luthier hors normes la conception des nouvelles Variax. Deux niveaux de fabrication sont proposés : une fabrication à la main « US » reprenant l’essentiel des savoirs faire « James Tyler » et qui pourra faire l’objet de demandes/commandes spéciales allant jusqu’au choix des types de bois utilisés pour la fabrication… et une série coréenne plus « standard » et évidemment plus accessible sur le plan financier conservant néanmoins tout le potentiel « Variax »…

Présentation de la guitare


Pour satisfaire le plus large public possible, Line 6 propose 3 modèles James Tyler Variax : la JTV 59, qui s’adresse plutôt aux amateurs de Gibson (les Paul plus précisément) en config deux micros doubles et sans vibrato, la JTV69, plutôt typée Strat et qui en reprend les caractéristiques de base en config HSS + vibrato vintage et le modèle JTV89, qui est une sorte de mélange des deux premières et plutôt orientée métal avec tête reverse et config deux doubles sans vibrato.

imageArticle



La James Tyler Variax n’est pas la première expérience de Line 6 en matière de guitare, elle succède aux Variax 600 et 700, des guitares intégralement produites et construites au Japon par Line 6 depuis 2003…

Le modèle JTV69 que vous allez entendre est une version Coréenne. Sur le plan esthétique, la JTV69 ressemble à un mix de Fender Jazzmaster et de Fender Strat. L’ensemble est d’ailleurs très proche de la Strat dans beaucoup de domaines. Le manche (en érable 22 cases) est vraiment très similaire mais grâce à son vernis mat et « doux », il offre un confort supérieur. La touche est en palissandre et la finition des frets est impeccable. La guitare n’est pas super légère, ce qui est un peu logique compte tenu de l’électronique embarquée qui comprend notamment une batterie rechargeable permettant l’utilisation de tout son potentiel. Elle reste malgré tout bien équilibrée tant pour jouer assis que debout.

imageArticle



Le vernis semble d’excellente facture et visuellement, dans le coloris sunburst que j’ai retenu, la guitare en jette pas mal… A la réception, j’ai simplement réglé le vibrato vintage à ma main pour le rendre plus souple (je suis très « chatouilleux là dessus), le reste était parfaitement ajusté et assemblé… La JVT69 est équipée de mécaniques à blocage et d’un sillet en graphite. La tenue d’accord est excellente même lorsque l’on « titille » un peu fort le vibrato, un très bon point. L’accès aux aigus est bon avec une découpe non exagérée de la caisse qui permet d’aller assez loin chercher les petites notes qui brillent ! Cette première approche confirme mes impressions du salon de Francfort : en matière de lutherie, la James Tyler Variax présente toutes les caractéristiques d’une bonne guitare, simple, efficace, belle et reprenant des standards qui ont fait leurs preuves; il y a d’ailleurs fort à parier que, même en faisant abstraction de ce qui va suivre (c’est à dire en imaginant une version « light » non équipée de la fonction modélisation), elle pourrait déjà séduire nombre de guitaristes simplement à la recherche d’un instrument qui tient la route ! Les micros « classiques » sonnent et ne sont pas là seulement pour décorer… un petit côté Di Marzio très agréable, surtout sur le humbucker « bridge » qui ne vous fera pas honte si vous êtes un adepte des grosses distos… Et il ne faut surtout pas avoir peur de la finition « Coréenne », la preuve… sur le stand Line 6 du Muikmesse, nous nous y sommes tous repris en plusieurs fois pour différencier une américaine d’une coréenne (dans le « nous », j’inclue les Line 6 men…..). J’insiste, cela fait maintenant une quinzaine de jours que je la pratique, la JTV coréenne est particulièrement bien finie et n’a pas grand chose à envier à des Fen….. ou des Gib…... US…….

Comment ça fonctionne ?


Difficile de caser 25 guitares dans le coffre de la Twingo, surtout s’il y a parmi elles plusieurs Martin, un banjo et quelques demi-caisses… Difficile également d’alterner accordage standard et accords ouverts sur scène et sans toucher aux mécaniques… C’est pourtant ce que la James Tyler Variax propose. En appuyant simplement sur le gros bouton du milieu qui du coup s’allume… (c’est cool !) et en le tournant, on donne vie aux différents instruments énoncés sur la photo… Le gros potard rotatif situé sur la corne supérieure de la bête sert lui à changer « électroniquement » l’accordages de la guitare….

imageArticle



Une Les Paul ? Ok pas de problème, on va pouvoir balancer la sauce… Un arpège en son clair, vite une Strat… Waow !!!!! Et l’intro à la folk ? Martin ou Guild ? Un coup de cithare sur scène… le public est scotché ! Vous avez compris le système : Line 6 a fait avec la guitare ce qui avait déjà été réalisé avec les amplis, et les effets…… La modélisation est une fois encore au cœur du système, mais la tâche est sans doute plus complexe ici car autant il paraît envisageable de reproduire à l’identique les caractéristiques de matériels conçus à base d’électronique et de circuits imprimés, autant la reproduction des caractéristiques d’une guitare, avec son corps, sa caisse, la résonnance des bois etc… semble irréalisable... et pourtant !!!!

Ce qui change par rapport à l’ancienne série de Variax ?


Contrairement aux anciennes Variax 600/700 qui se présentaient quasiment nues… la série JTV intègre de vrais micros guitare en plus des piezzos intégrés dans le chevalet, on ne fait donc pas la différence avec une guitare « classique », ce qui déroutera sans doute moins les utilisateurs potentiels… Au delà du côté purement esthétique, cette évolution permet d’utiliser la guitare de manière conventionnelle (en config HSS pour la JTV69 donc), simplement en branchant un jack et en se servant des micros associés au sélecteur 5 positions… Fini les angoisses de batterie déchargée sur scène, car même si cela devait arriver, la guitare commute automatiquement sur les micros classiques (qui n’utilisent pas la batterie), on n’a donc plus accès aux modélisations, mais il reste possible de jouer… et avec un son digne de ce nom comme je le faisais remarquer plus haut, ce qui est bien rassurant.
Ensuite…. La lutherie de l’ancienne série était correcte mais ne déclenchait pas les passions et, toujours à cause de la « nudité » de sa caisse, beaucoup d’utilisateurs disaient ne pas avoir l’impression de jouer sur une « vraie guitare »… A cela, ajoutons que le fait qu’un constructeur d’amplis/effets, à l’époque nouveau venu sur le marché se mette en plus à fabriquer des guitares n’inspirait pas forcément tout le monde… Les premiers pas faits, aujourd’hui avec James Tyler comme « caution », Line 6 enfonce le clou; on entre dans une autre dimension, le meilleur des deux mondes en somme… Au delà de ces considérations purement « philosophiques », Line 6 a aussi amélioré la qualité des modélisations et le résultat est… époustouflant.

Les sons :



Le mieux est sans doute de les écouter… mais ils sont d’un réalisme saisissant !

Plan jazz rock Strat disto (micro bridge)



Toto "Hold the line" extrait Les Paul (micro bridge)



Plan solo Queen Strat disto (micro manche)



Plan hard core avec accordage "baritone"



Plan blues rock Strat



Blues "acoustique" Folk Gibson



Plan arpèges folk "Pink Floyd"



Acoustique 12 cordes



Cithare



Resonator 1



Resonator 2



Acoustique Finger picking



Strat funk son clair



Strat son clair avec accordage "I down"



Les videos


Les sons disto :



Les sons "acoustiques" :



Les sons de "resonator" :



Les sons clean :



Passer d’un son de Strat à celui d’une Les Paul avec une seule et même guitare est déjà une prouesse, c’est d’ailleurs la principale quête de nombreux guitaristes mais la JTV nous propulse bien au delà de ce simple exercice… Ceux qui étonnent le plus sont assurément les sons acoustiques, du dobro en passant par les folks et les simulations de douze cordes, des sons « improbables » auxquels on ne s’attend pas… encore une fois, effet garanti sur scène ! A moins de se complaire dans un conservatisme aveugle (et sourd…) la James Tyler Variax permet de se passer de tout autre instrument… à cordes. Je doute en effet que vous ayez envie de retoucher votre vieille Takamine après avoir branché la Variax… il n’y a guère que la sensation de ne pas tenir une vraie acoustique (avec tout ce que cela comporte d’inconfortable d’ailleurs…) qui pourrait vous maintenir à l’état de cow boy car pour ce qui est du son, le western est bien là ! Même le « finger picking » est envisageable, c’est complètement ouf ! Les nuances de jeu et la « réponse » de la guitare collent vraiment à la sélection choisie. Avec une belle reverb, l’illusion est totale. Et si je ne m’étends pas sur les sons cleans jazz et autres semi-acoustiques, c’est uniquement parce que ce n’est pas ma spécialité mais ils sont aussi très « tentants », Benson n’est pas bien loin non plus…

Les accordages virtuels…


Cela fait bien longtemps que je n’avais plus envisagé le jeu en accords ouverts, trop galère… Plusieurs guitares sur scène etc… Bien dommage car il y a tant d’univers à explorer dans ce domaine ! La grande facilité offerte par la JTV à ce niveau m’a donné envie de réinvestir cet espace un peu oublié : on ne change pas de guitare, il suffit de tourner un bouton et sans toucher aux clés, l’accordage de la guitare change, magique… Au delà des accords ouverts, on peut simplement descendre la guitare en tonalité, le rendu est monstrueux avec le « baritone » pour les amateurs de hard core….. délirant. Vous pourrez donc jeter à la poubelle votre capodastre, sans regrets….. et changer la tonalité de la guitare en un clic, pour adapter un morceau à la voix du chanteur par exemple……

LES cerises sur le gâteau…


Et non, c’est pas fini ! Et comme le dit la chanson, « Quand y en a plus, et ben y en a encore… » Car bien évidemment, la magie Line 6 ne s’arrête pas là ! Grâce au logiciel Variax Workbench et son boitier spécifique fournis gratuitement avec la guitare, on connecte la guitare sur l’ordinateur (PC ou Mac) et on entre dans l’atelier de lutherie virtuelle… (j’en vois qui ouvrent de grands yeux interrogateurs…) Il suffit alors de composer avec les différentes pièces détachées disponibles en les associant pour « s’inventer » des guitares, 28 types de caisses, 17 types de micros...

imageArticle



Prenez un corps de Strat et greffez lui un P90 en micro grave que vous placerez à votre guise plus ou moins loin du manche, droit ou en biais, à votre convenance, mélangez avec un humbucker classique en aigu ou gardez celui de la Strat d’origine, au besoin inversez la phase ou mettez les micros en parallèle… essayez, modifiez, enregistrez, c’est prêt ! Une fois votre nouvelle « chose » dans l’ordinateur, il n’y a plus qu’à la transférer dans la guitare via le même boitier Variax/USB pour pouvoir en disposer librement ensuite… sans ordinateur, très fort ! D’autant que tout cela n’est pas que virtuel, les modifs que l’on peut faire en direct sur l’ordinateur changent le son de manière bien réelle et on peut se construire des instruments qui n’existent pas dans la réalité, tout à fait personnels et originaux. Inutile d’ajouter que pour le home studio, c’est absolument génial puisque l’on se retrouve avec des instruments déments jouables sur le manche d’une simple gratte sans changer aucune de ses habitudes. Ici pas de décalage ou de problèmes de latence, sur le plan « jeu », rien ne différencie un son de cithare customisée d’une simple Telecaster de base. Seul le temps que l’on peut y consacrer peut constituer une limite qu’il sera d’ailleurs bon de fixer si on ne veut pas finir par ne plus faire que se construire des choses nouvelles et essayer des sons……
Toujours pas fini, la Variax communique avec les autres produits Line 6… Associée à un Pod HD 500 et au nouvel ampli DT50, on se retrouve avec la panoplie complète permettant, soit depuis la guitare, soit depuis le Pod, de changer en même temps le son de la guitare, le son du multi effets et le canal/son de l’ampli. Passer en un « clic » d’un son de Folk/reverb/canal Clean à un son métal/hyper saturation/reverb/delay/canal hot devient possible… Effet garanti sur scène, sans changer de guitare ni rien débrancher (ce qui autorise au passage la successions de multitudes de sons différents au sein d’un même morceau), en conservant la facilité de jeu d’une électrique. Les possesseurs de Vetta ne seront pas en reste, la JTV acceptant également de « dialoguer » sans limites avec lui… Si vous n’avez pas tout ça mais simplement un Pod XT ou X3, cela suffit déjà pour bien s’amuser et se construire une banque de sons de guitareS assez incroyable. Par contre, un peu rageant et paradoxal, les Pod HD 300 et 400 ne disposent pas eux, de la connexion VDI et ne communiquent donc pas directement avec la Variax…

Ca doit coûter un max non ?


……Et bien…… Non !
La JTV 59 est à 1299 euros… la 69 (celle dont nous venons de parler) est à 1255 euros… et pour les chevelus, la 89 black est à 1099 euros…. Un tel niveau de technologie, autant de possibilités sonores et une lutherie vraiment digne des meilleures, que demander de plus ? Ah ? Vous êtes un blues man à cheval accroché à sa Gibson ? OK, dépensez vos 3000 euros et restez avec votre seul et unique son……. « Gibson »… Yeah !!!!!!! Mais vous n’avez plus d’excuses, vous savez désormais qu’il existe d’autres alternatives ouvrant des horizons totalement nouveaux et avec les 1800 euros restants, pourquoi ne pas craquer pour un DT50 et un Pod HD500 ?

Cette JTV m’a envoûté ! Je pense que vais lui greffer un GK3 (oui je suis un gros vicieux…) pour pouvoir aussi avoir des sons de synthé… Et quand j’aurai le DT50, je pense que je vais devenir dingue……. En attendant, moi, j’ai déjà vendu mon colt et mon cheval…….. Vos comment’s, impressions et le reste sont les bienvenus,
@+ votre serviteur……

Les caractéristiques de le JTV 69


Le mini site James Tyler Variax

• Corps en aulne
• Manche vissé en érable massif avec Touche palissandre
• Diapason de 64,8 cm (25,5 pouces)
• Profil de manche spécifique á Tyler, de type ’59
• 22 frettes Jumbo médium et repérage des cases par points
• Sillet auto-lubrifié Graph Tech noir TUSQ XL de 32 mm (1,5/8 de pouce)
• Mécaniques scellées á blocage avec découplage de 16:1 tours
• Accastillage chromé
• Chevalet Tyler Custom totalement réglable
• Capteurs piezo L.R. Baggs Radiance Hex
• Micro aigu á double bobinage (aimants alnico) et micros de type Vintage á simple bobinage au centre et en position manche (bobinés selon les spécifications de Tyler)
• Master volume et réglages de timbre
• Boutons Model (modéle d’instrument) et Alt Tune (accordage)
• Sélecteur á 5 positions
• Interface VDI (Variax® Digital Interface) pour une intégration totale au POD® xt, POD® X3, amplificateur Vetta™ II, et autres produits Line 6
• Fournie avec un accumulateur Li-Ion (12 heures d’autonomie) et un chargeur international
• Logiciel Variax Workbench™ et interface USB
• Guitare fournie avec Gig Bag rembourré haute qualité
Accumulateur, chargeur et kit de câble supplémentaires disponibles séparément