Simples, doubles bobinages, actifs, passifs, un survol des différentes possibilités.
Je pars du principe que vous avez déjà une connaissance relative de ce qu’est une guitare électrique, de son anatomie… Au-delà du type même de guitare (solid body, demie-caisse, etc), de sa forme et de la qualité de sa lutherie, ce qui fait le son, ce sont avant tout les micros. Certains diront que c’est l’ampli qui fait le son, ce qui est tout à fait exact à la fin du compte. Malgré tout, il est bon de savoir que sur un même ampli, avec les mêmes réglages, l’on obtient un type de son tout à fait différent selon que la guitare est équipée de micros simples bobinages ou de micros doubles bobinages (également appelés humbuckers). Sur ce point, il ne faut pas se fier à la guitare utilisée par votre guitar hero favori. Ce dernier n’oublie pas d’associer au couple guitare/ampli un certain nombre d’effets/pédales divers (parfois en nombre très conséquent) et obtient un son souvent de grande qualité, en tous cas typé et que vous n’arriverez pas à reproduire (du moins pas tout de suite). Pour résumer, on pourrait dire que c’est l’adéquation de tout ces éléments qui produira le résultat final, c’est même ça la grande difficulté…

Revenons aux micros...
En gros, (en très gros même car il y a énormément de solutions alternatives…) une guitare équipée en simples bobinages type Fender Strat produira un son plus cristallin, plus clair, on pourrait dire plus « aigu » et conviendra mieux à un jeu en son clean ou clair (encore que, il y a différents types de sons clairs…) que la même guitare équipée en humbuckers…

imageArticle



Les doubles bobinages produiront un son plus « chaud », mieux adaptés à un jeu en saturation. On retrouvera ce type de micros sur des guitares type Gibson Les Paul.

imageArticle



Cela étant, les constructeurs ont bien compris que la polyvalence d’une guitare pouvait être un bon argument de vente et beaucoup proposent aujourd’hui un mélange des genres… La configuration deux doubles/un simple ou un double/deux simples est monnaie courante et c’est très bien… car cela évite souvent un changement d’instrument entre deux titres pour trouver le son qui va bien.
Ensuite, à l’intérieur de ces deux grandes catégories « simples »/ « doubles », on retrouve un tas de possibilités : micros actifs nécessitant une alimentation propre (pile de 9 volts), passifs, à plots (réglables ou non), à barrettes, etc… Certains délivrent un niveau de sortie très élevé, favorisant les sons saturés, d’autres moins,. Pour vous faire une idée, je vous invite à visiter les sites des constructeurs concernés car bien évidemment, tout cela n’est pas figé, il est tout à fait envisageable d’acheter une guitare équipée d’un certain type de micros d’origine et de les remplacer ensuite, suivant ses besoins réels…


Quelques exemples pour être le plus explicite possible :
Pour jouer du Dire Straits, du Police, donc beaucoup de sons clairs, c’est la guitare équipée de simples bobinages qui conviendra le mieux, Fender Stratocaster ou Telecaster (mais on peut aussi trouver des guitares équipées de micros doubles bobinages que l’on peut splitter…) .

Pour avancer dans le hard rock, ACDC, Metallica, Thin Lizzy, Van Halen, etc, le metal ou plus… on privilégiera les doubles qui sont bien mieux adaptés aux sons saturés.
Pour du blues, les deux cohabiteront sans problème et la différence pourra se faire au niveau de l’ampli et des effets de boost et d’overdrive que l’on palcera en amont.

Rappelons tout de même qu’il n’existe a priori aucune règle absolue à ce sujet et qu’il reste par exemple tout à fait possible d’envisager des sons hyper saturés à partir d’une Fender Strat … Il n’y a qu’à écouter des gens comme David Gilmour…

Quelques liens :
- Di Marzio - Site constructeur
- Seymour Duncan - Site constructeur
- EMG - Site constructeur