L’histoire commence comme ça : vous avez déniché la guitare ultime, celle dont on dirait qu’elle a été fabriquée pour vous. En même temps vous êtes un guitariste aux mœurs étranges, adepte de la guitare midi ou passionné des outils Roland qui commencent par « V » »G » ! Tous les sons sur lesquels vous avez passé des heures, voire des nuits entières sont là, dans la boîte, il n’y a plus qu’à brancher la prise 13 broches… Dommage, il va falloir renoncer, car l’instrument de vos rêves ne pourra pas « accueillir » le capteur GK nécessaire, pas la place… AAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!
Cette histoire est vraie, je l’ai vécue… le jour où j’ai croisé la route de Joe Satriani et où j’ai posé les doigts sur sa très récente Ibanez JS 2400 (un top article très bientôt sur Fret-Time…). La première (et en fait la seule) question qui m’est venue quand j’ai compris que je ne résisterais pas bien longtemps à cette belle Ibanez c’est : «où je mets le GK3 ? » Et oui… quand on a goûté à l’univers Roland « VG », difficile d’envisager de revenir à un système conventionnel. Et même lorsqu’on ne joue pas absolument tout avec du « VG » (il y a bien sûr beaucoup d’autres matériels plus classiques mais tout aussi intéressants), l’idée de ne plus pouvoir l’utiliser du tout est difficilement acceptable. J’ai donc cherché, imaginé des solutions et, au gré de mes différentes démarches, j’ai trouvé ça :

imageArticle



J’ai très vite contacté Peter Woolls, « créateur » de ce petit accessoire simple mais magique qui a peut être sans le savoir changé la face du monde lol … du monde des midi/VG gratteux en tous cas!!!!! Peter m’a rapidement envoyé ce matériel et rien que pour vous une fois de plus… je me suis fendu d’une vidéo qui en décrit le montage sur ma brand new JS 2400. Un montage un peu particulier dans mon cas précis puisque je tenais à éviter de « casser » la beauté suprême de la guitare en y plaquant la partie « boutonneuse » du capteur hexaphonique Roland. Cette « partie » a donc trouvé naturellement sa place au dos de la guitare…



Détails techniques : cette « mounting plate » constituée de « stainless steel » remplace en quelques coups de tournevis l’encadrement micro type humbucker de votre instrument favori et permet de fixer le capteur GK (2 ou 3) sans percer le corps de la guitare ni utiliser un scotch double face « aléatoire ». Le premier avantage est bien sûr, dans le cas de l’Ibanez JS par exemple (mais aussi de bien d’autres modèles), de pouvoir utiliser l’espace normalement dévolu au « cadre micro » pour y loger le GK que l’on ne pourrait pas installer autrement faute de place. Ensuite, même si vous ne rencontrez pas ce problème, cet encadrement micro de substitution permet un positionnement/ajustement optimal du capteur et une fixation solide sur la guitare. Le jour où vous revendez la guitare, il suffit de démonter la platine (vous récupérez ainsi le capteur Roland…) et de remettre le cadre micro d’origine à sa place…

imageArticle



De plus, vous disposez de petites rondelles sur mesure pour éventuellement rehausser le capteur afin qu’il soit le plus près des cordes possible, en fonction du réglage de votre guitare. Si vous souhaitez lui donner des couleurs, la platine peut être peinte et il existe une version spécifique « Strat » dont vous avez l’illustration ci-dessous.

Enfin, le temps de montage est tout à fait insignifiant, moins d’une heure si vous êtes en forme. Difficulté ? Aucune pour qui a manié au moins une fois dans sa vie un tournevis cruciforme. Quant au prix de ce fabuleux petit accessoire, il vous en coûtera 30 livres, soit environ 35 euros + les frais d’expédition depuis le Royaume Uni……

Si vous souhaitez encore « approfondir », je vous propose les deux fichiers notices de montage ci-dessous à télécharger (en Anglais) et pour les commandes, vous pouvez joindre directement Peter à l’adresse suivante : peterwoolls[at]hotmail.co.uk, n'oubliez pas de lui souhaiter le bonjour de ma part, au passage!