Les applications guitare pour iPhone se développent à grande vitesse. Cet appareil magique qui, s’il est nécessaire de la rappeler est d’abord un téléphone portable… endosse tout un tas de rôles et de fonctions différentes; les musiciens, guitaristes en particulier, ne sont pas en reste…
Si donc, vous possédez un iPhone/iPod/iPad, et que vous cherchez un moyen peu onéreux (moins de 35 euros pour la configuration de base) pour jouer de la guitare n'importe où, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, l'Ampkit Link est fait pour vous...

L’Ampkit Link se présente sous forme d’une interface équipée d’une entrée jack 6,35 pour la guitare, d’une sortie casque, et d’une connectique mini jack à brancher sur la sortie casque de l’iPhone. Cette interface se résume à un petit boitier plastique de la taille d’une boite d’allumettes qui contient deux piles AAA permettant son alimentation. L’Ampkit s’allume dès la connexion du jack guitare, qu’il ne faudra donc pas oublier de débrancher une fois votre pratique terminée sous peine de devoir très souvent investir dans un jeu de piles neuf. L’autonomie est par ailleurs très convenable, vous pourrez jouer de nombreuses heures sans devoir remplacer les piles.

imageArticle




L’iPhone n’est pas le seul appareil à pouvoir « accueillir » l’Ampkit Link. Si vous possédez un iPod Touch, ça fonctionnera aussi et mieux encore, l’iPad vous permettra de voir les choses en grand…

Pour utiliser ce matériel, il vous faudra vous rendre sur l’Appstore et télécharger l’une des versions du logiciel. La première est gratuite mais vous disposerez seulement d’une simulation du Peavey Valveking et de deux pédales d’effets (un noise gate et un overdrive type Tube Screamer) + deux micros (un SM 57 et un Neuman U87). Pour une quinzaine d’euros, vous aurez accès à quelques outils supplémentaires : un Marshall JTM 45, un Peavey 3120 et un Vox AC 30 et une dizaine de pédales d’effets classiques. Ensuite, il faudra compléter tout ça en fonction de vos besoins et de vos moyens, à l’unité, avec des tarifs très variables suivant ce que vous souhaiterez télécharger. Curieux… d’autant que les exemples audios disponibles à l'écoute rendent peu compte de la réalité et vous obligeront en fait à acheter le nouvel ampli ou l’effet désiré pour savoir ce qu’il a dans le ventre. Le choix est très large : un douzaine d’amplis, du Fender Twin au Mesa Dual Rectifier, une quinzaine d’effets et presque autant d’enceintes et de micros.

imageArticle



C’est vrai qu’à bien y regarder, un guitariste ambitieux qui investirait dans la totalité de ces outils se retrouverait avec un bel éventail de possibilités pour moins d’une cinquantaine d’euros. Certains trouveront cela très cher et très excessif, d’autres non, compte tenu du confort que ce système peut offrir, en vacances par exemple… Une guitare, un iPhone/Pod, un casque et on peut continuer à bosser ses plans dans l’igloo ou sous son parasol.

Sur le plan logiciel, l’interface est superbe et très agréable, magnifique sur iPad. L’utilisation est très facile et intuitive, il suffit de cliquer sur l’élément à modifier pour voir apparaître des faders horizontaux et tactiles. Les modèles d’enceintes sont interchangeables et il est possible de modifier la direction des micros selon deux positions définies : dans l’xe du HP ou sur le côté (comme en vrai !!!). Ensuite, on pourra ajouter les pédales disponibles et en modifier l’ordre.

imageArticle



Le logiciel intègre également un métronome, un accordeur et un magnéto… qui vous permettra d’enregistrer vos prouesses dans la plus grande simplicité et de ne pas oublier les excellents idées dont vous ne manquez pas… Vous retrouverez vos enregistrements en revenant sur la première page, sur laquelle vous visualiserez aussi vos backing tracks (qu’il vous aura fallu préalablement charger) sur lesquelles vous pourrez jouer à loisir avec le son de votre choix car les sons que vous créez sont bien sûr mémorisables.

imageArticle



Abordons maintenant le chapitre « qualité sonore »… Moi qui suis très habitué à utiliser Guitar Rig 4 (et d’autres logiciels du même genre) j’ai été il est vrai un peu déçu par la qualité des sons obtenus avec l’Ampkit. Il faut cependant remettre les choses à leur place, l’investissement n’est pas tout à fait le même et l’utilisation non plus. D’abord j’ai noté un bruit de fond très gênant, en saturation, rendant le noise gate incontournable et du coup le son bien terne, même en mode « avion ». Difficile de savoir si le problème est lié au logiciel, à l’iPhone ou au boitier… Il m’a semblé moins prononcé sur l’iPad… Bradley Walker (de "Agile partners" qui travaille sur l'Ampkit en collaboration avec Peavey) m'a informé qu'une mise à jour du logiciel devrait bientôt corriger ce petit défaut. Je ne manquerai pas de vous tenir informés lorsque cet update sera disponible bien sûr. Ensuite, les modèles d’ampli varient assez peu de l’un à l’autre et je n’en ai trouvé aucun qui me satisfasse vraiment. Les effets sont aussi un peu « shorts »… Et le fait de devoir à chaque fois investir pour voir (même s’il ne s’agit à chaque fois que de quelques euros) finit par être assez déplaisant. Au mieux, on reste dans le « compromis acceptable » mais je trouve qu’on est assez loin des logiciels fonctionnant sur PC/Mac. Branché sur un système d’amplification classique, ampli ou sono, le constat est le même, « suffisant mais pas top »…

Pour moi, l’Ampkit se résumera à un simple outil de travail utilisé dès lors qu’aucune autre solution n’est accessible. Il faudra donc davantage le voir comme un compagnon de voyage, dans ce cas efficace, permettant de rester en contact avec la réalité musicale lorsqu’on n’a pas son ampli ou un ordinateur portable sous la main, bien pratique quand même, cela va sans dire...