Ma philosophie :
Musique = plaisir… voilà par quoi je commencerai !

Beaucoup crieront au scandale à la lecture de ce qui va suivre, c’est leur problème… L’apprentissage de la guitare n’est aisé pour personne car la guitare est un instrument « vivant » qu’il faut comprendre. Comprendre avec la tête, comprendre avec les doigts et surtout comprendre avec les oreilles. La guitare est un instrument difficile car très expressif, tout progrès exige une implication réelle de la part de «l’élève », le bout des doigts fait mal et l’on n’obtient pas toujours un résultat immédiat… Avant de jouer un début de morceau, il faut apprendre à « faire sonner » chaque corde… C’est difficile ! J’ai personnellement appris à jouer en décortiquant les disques que j’aimais, les solos de David Gilmour, ceux de Gary Moore ou de Randy Rhoads, mais si j’avais dû m’en tenir à cela, j’aurais sans doute rapidement abandonné ou en tous cas perdu énormément de temps. J’ai eu la chance de rencontrer un professeur intelligent (non ça ne va pas de soi……) qui, au delà de l’apprentissage d’une technique qui m’a permis de progresser, a su me donner l’envie et les outils nécessaires à l’acquisition d’une autonomie grâce à laquelle j’ai pu « m’éclater » sans sonner à toutes les portes… C’est un peu le rôle que je voudrais jouer ici en vous proposant à mon tour, mon expérience, mes « petits trucs », quelques conseils et des plans sélectionnés qui permettent de travailler l’instrument dans toute sa diversité.

Sur les cours Fret-Time, il y aura très peu « d’écrit » mais beaucoup de « visuel » et aussi « d’auditif ». C’est une pratique pédagogique liée il est vrai à ma propre inaptitude à placer une note sur une portée mais cette pratique a fait ses preuves, auprès de mes élèves apprentis guitaristes notamment… Chercher à retrouver ce que l’on a appris pendant un cours me paraît aussi important que le travail des exercices lui-même : « chercher » est un travail, se forcer à écouter pour retrouver les notes permet de mieux les mémoriser et « d’expérimenter » parallèlement, soi même, un tas de choses…
Je ne suis pas de ceux qui, bien que ne connaissant strictement rien au solfège affirmeront que le solfège ne sert à rien. J’ai dépassé le stade de ce « débat » stérile depuis longtemps et je sais reconnaître l’utilité d’un outil lorsqu’elle existe. Il n’est jamais inintéressant d’en savoir trop et je ne peux qu’encourager les jeunes qui débutent à étudier la théorie musicale s’ils ont la volonté et la motivation pour le faire… Par contre, j’affirme que le solfège n’est certainement pas une fin en soi, encore moins un préalable incontournable à tout éveil musical. Le « beau monde », côté conservatoire ou « école de jazz »… a tendance à mépriser les gens de mon espèce car, je suis, comme beaucoup des musiciens que j’aime, la preuve vivante qu’il n’est pas indispensable de connaître le solfège pour pratiquer la musique, jouer d’un instrument, et composer… De même qu’il n’est pas indispensable de savoir écrire pour parler, et quelquefois même, dire des choses intelligentes…
Bon nombre d’apprentis musiciens ont sans doute rebroussé chemin avant de franchir la porte de ces établissements très sérieux (j’en connais…) simplement parce qu’ils avaient l’impression de se retrouver en classe, avec les interros écrites et des punitions qui tombent lorsque le travail n’est pas fait… Ce n’est pas ma conception de l’apprentissage de la musique. Cela ne signifie pas que cet apprentissage doive se faire dans l’anarchie et en l’absence de tout fil conducteur ou de règles mais pour moi, il doit avant tout rester un plaisir… et ne pas être lié à l’obtention d’une médaille ou d’une décoration quelconque…Bien qu’ayant fait un peu d’études, sans grande passion d’ailleurs, je ne suis pas non plus de ceux qui évaluent l’intelligence des gens aux diplômes qu’ils collectionnent. J’ai souvent trouvé davantage de sens dans les propos de mes grands parents qui avaient peut-être leur certificat d’études que dans ceux très scientifiques des professeurs agrégés que je côtoie chaque jour… Question de point de vue sans doute mais le CAP charcuterie n’a pas moins de valeur à mes yeux qu’une thèse d’astrophysique et puis, je préfère de loin déguster un bon confit du Périgord que bouffer des toast au coin du feu en écoutant Einstein…

Voilà, le décor est planté, si vous voulez toujours de mes cours, ils sont totalement gratuits. Il y en aura de plus en plus au fil du temps et j’espère que vous y trouverez votre compte… N’hésitez pas bien sûr à me faire part de vos idées, commentaires et pourquoi pas à encourager toute l’équipe de Fret-time en faisant un don, qui permettra la maintenance et l’amélioration d’un site sur lequel j’en suis sûr, vous vous connecterez souvent !

Bonne zik à tous…

Dominik