Elle a le look un peu metal mais pas trop, finition noire satinée assez fragile mais esthétiquement sympa. 24 cases, un corps acajou et un manche Wizzard érable avec touche palissandre, un vibrato Ibanez Edge plus que convaincant. La série S est taillée pour la scène, légères, extra fines (comme les petits pois) et la bonne nouvelle, c’est que ces grattes ne coûte nt que 400 euros…
Le tout est d’excellente facture, surtout si on le rapproche du prix plus que contenu… Sur la S420, l’accessibilité aux aigus est totale et le confort de jeu optimal. De quoi déjà vraiment se faire plaisir. Le point faible de cette guitare reste sans aucun doute les micros dont elle est équipée. Ce sont des Ibanez sans grandes prétentions (mais on ne peut pas tout demander pour ce prix…). Le micro bridge manque un peu de mordant et de puissance, le son reste toutefois assez bien défini en saturation mais on est évidemment assez loin des Di Marzio d’une JS… Le micro grave est bien « grave » et n’autorise pas de vraies fantaisies. Les sons clairs ne sont pas le fort de cette belle Ibanez qui s’exprime mieux dans le domaine un peu metallique (parce que beaucoup de détails sont masqués par l’hyper distorsion…). Bref, ce qu’on peut lui reprocher, c’est en fait un manque de « personnalité » mais…



L’investissement dans un set de « vrais micros » peut s’avérer un excellent compromis car la base est vraiment bonne. Pour un peu plus de 500 euros, vous vous "fabriquez" alors une petite gratte au top qui fera un bon second rôle pour les concerts si vous avez déjà une Musicman ou une JS de la même marque… ou un super premier rôle pour débuter, bien plus efficace qu’une Fender bas de gamme dont le son ne vous ravira pas, dont le vibrato sera purement décoratif et qui vous en coûtera sans doute bien plus cher.

Côté acastillage, on n’en demandait pas tant. Le vibrato Edge est réglable dans tous les sens (même un peu complexe dans son fonctionnement si on en fait le tour). Blocable d’un peu partout, il tient parfaitement l’accord. Pour moi, il n’a pas grand-chose à envier à un Floyd et il est même dommage qu’Ibanez ne le propose pas en pièces détachées car il pourrait largement intéresser nombre de gratteux à la tignasse abondante et grasse… On peut le maltraiter mais pas uniquement, l’utiliser un peu plus « soft », à la Jeff Beck est également envisageable et très agréable. Un très bon point !

Ajoutez à cela qu’une Ibanez se revend sans grande difficulté si vous souhaitez passer à du haut de gamme un jour… On en trouve de plus assez facilement en occasion, et là, plus d'hésitations à avoir...

Vos comment's sur cette guitare si vous l'utilisez!!!!!!