Un peu en stand by pendant les vacances d’été mais pas à l’arrêt complet, la preuve, je n’ai pas résisté à vous proposer cette vidéo pédagogico-éloquente d’Andy Sneap à propos du Kemper Profiling Amplifier qui sera en test complet sur le site dès la rentrée… Une rentrée « à donf » avec un max de reviews matos (et non des moindres…) et aussi pas mal de surprises. Bon à part ça, j’ai pas dis qu’on avait hâte de ne plus être en vacances !

imageArticle



Pour ceux qui ne connaitraient pas encore ce Môssieur, Andy Sneap est l’actuel producteur de nombre de groupes Metal… Cette interview a été réalisée juste après la production du dernier album de Testament « Dark roots of earth » au cours de laquelle il a été abondamment fait appel au Kemper Profiling amp.
Andy explique comment il l’a utilisé et comment il compte de nouveau s’en servir lors de prochaines sessions d’enregistrement depuis qu’il a découvert le Kemper en septembre 2011. Comme il le dit très clairement, c’est avec beaucoup « d’interrogations », de « précautions » et un certain a priori qu’il a expérimenté ce matos en studio : « s’il y en avait un qui devait douter, et bien j’étais le premier »… Mais il a bien fallu se rendre à l’évidence, il était souvent impossible de différencier les sons issus du Kemper de ceux qui avaient été enregistrés de manière classique avec des micros, un ampli et des baffles…

L'interview :



Pour ceux qui pourraient douter à leur tour, Andy Sneap n’est pas un rigolo, les sons de gratte, les distos, du heavy traditionnel au modern métal, il connaît… A son actif, en dehors de Testament, il a récemment reçu un Sweedish Grammy pour son boulot sur l’album « Delivrance » d’Opeth et d’autres distinctions non moins importantes pour son travail sur les albums de Kilswitch ou encore Megadeth ou Accept, rien de moins !

Andy Sneap avec Dave Mustaine

imageArticle



Ses mots ne suffiront sans doute toujours pas à convaincre les habituels détracteurs de ces nouveaux matériels. On entendra forcément encore des trucs du style « Normal, c’est juste du métal… » En attendant, si ces gars là s’y mettent, il y a des chances que ce ne soit pas par hasard…

Mr Sneap parle des problèmes techniques inhérents aux amplis à lampes, de l’usure des tubes, de leur relative inconstance et du fait qu’en studio, d’un jour sur l’autre il est souvent difficile de retrouver exactement le même son, ce qui peut quelquefois rendre les séances très « chaudes »… Il évoque également la grande facilité d’utilisation du Kemper, avec lequel le son est toujours là, tel qu’on l’avait conçu au départ. Nombre de big stars du rock construisent d’ailleurs désormais leurs sons at home et il n’y a plus alors qu’à les rebalancer tels quels ou quasiment dans la console du studio.. La possibilité de passer instantanément d’un preset de disto métal à un son clair chorusé se révèle également d’un grand confort et fait économiser du temps (et donc des dollars) en studio.

Sur Fret-Time, c’est ce que nous nous époumonons à dire chaque semaine et je suis personnellement bien content que des pros comme Andy apportent un peu de crédit à notre propos. Cela ne me fait que saliver davantage à l’idée de manipuler ce Kemper moi même pour découvrir à coup sûr encore des choses magiques…

Bon à part ça, fait pas froid dans le Périgord Noir, ça change des – 12 du pays de Caux…