Ces dernières années, la modélisation est sans aucun doute le marqueur le plus clair d’une évolution technique avancée des sons destinés aux guitaristes. De Roland à Line 6 en passant par Digitech, Vox ou même aujourd’hui Fender et Marshall, tous les constructeurs s’y sont mis et proposent ce genre de produits. Des marques nouvelles ont même vu le jour uniquement grâce à la modélisation en proposant des systèmes de pointe rivalisant les uns avec les autres, Fractal Audio avec l’Axe FX mais aussi plus récemment Kemper avec le profiling amplifier… Tout cela pour notre plus grand bonheur car nous sommes finalement les bénéficiaires de tous ces choix techniques qui deviennent multiples et nous permettent d’approcher des univers sonores jusqu’alors inaccessibles…. Qu’il s’agisse d’effets, d’amplis ou même de guitares, tout finit par être « modélisé », certains diront « copié » et en profiteront pour « éternuer » très grassement, l’évolution technique dont je parle pouvant rapidement prendre la forme d’une « régression » significative dans l’esprit des puristes et des musiciens les plus conservateurs. L’éternelle guéguerre analogique/numérique ou vintage/modern pointe évidemment le bout de son nez et je ne vous propose pas d’en débattre, encore une fois… Je veux juste vous faire part de ma « micro » réflexion sur ce « phénomène » modélisation dont je pense qu’il peut simplement être abordé « autrement » et autoriser une vraie créativité pour tout musicien et en particulier pour nous guitaristes…
G66

imageArticle



On commence mal… L’objectif de départ est effectivement « d’imiter » le son d’origine d’un matériel donné, ce qui à la base est déjà un peu péjoratif ; reproduire, même très bien ce qu’ont créé les autres ne relève pas d’une inventivité à toute épreuve... Avant même d’avoir testé quoique ce soit, ce côté « made in China » se révèle très présent et c’est sans doute ce qui arrêtera nombre d’utilisateurs potentiels avant même d’avoir envisagé un essai…

imageArticle



A la base donc, si dans mon Pod HD, VG99, Axe FX ou autre, je clique sur Marshall JCM, j’espère « entendre » le son d’un JCM et pas autre chose. Lorsque les détracteurs professionnels m’expliquent qu’on est toujours très loin des originaux, que ça sonne « plastoc », que certaines fréquences sont absentes, argumentant à l’aide d’un certain nombre de données « acoustiques » qui personnellement, m’échappent, bref, que c’est complètement à gerber par rapport au « vrai » , je réponds que……. C’est possible mais pas certain et que… Je ne suis effectivement pas en capacité de vérifier strictement techniquement s’il en est ainsi ou non ne disposant d’aucun matériel de mesures précis (pas électronicien, seulement musicien, dommage…). Parallèlement je l’avoue humblement, je ne dispose pas non plus du dit JCM à la maison. Ce fut le cas il y a un siècle mais plus maintenant. Par ailleurs si je connais évidemment ce modèle et d’autres aussi, je ne connais par contre pas tous les modèles d’amplis enfermés dans le rack et serais donc incapable de dire s’ils correspondent en tous points aux originaux ou non....

imageArticle



Ensuite, et c’est là tout l’objet de cet article… : est-ce que l’intérêt ne pourrait pas être ailleurs ? La stricte « imitation » ou reproduction à l’identique d’un matériel peut motiver c’est sûr, mais ce n’est peut être finalement pas la chose la plus importante… J’aurais plutôt envie de souligner l’éventail inouï de possibilités, les mélanges, « croisements » ou associations improbables, les routages quasi illimités dans le cas d’un Axe FX par exemple… sans démontage, la plupart du temps sans fils et sans buzzzsss et en utilisant avec des baffles que personne ne pourrait « stocker » chez soi.

imageArticle



La modélisation permet bien plus que de simples « imitations ». Elle favorise les expérimentations (c’est déjà énorme) et donne accès à des sons totalement personnalisés qui ne relèvent plus « obligatoirement » (si l’on se limite aux seuls amplis) d’une logique Marshall, Vox, Fender ou Mesa….. C’est la réunion du meilleur de chacun de ces éléments qui A MOI me plaisent, qui va donner naissance à un nouvel ampli, non estampillé certes, mais que JE me suis créé, MON ampli, celui dont j’ai rêvé, dont j’ai besoin, LE MIEN….. Tout n’est plus qu’une question de temps. C’est sans doute moins VIP que d’annoncer qu’on joue sur le Carvin de Steve Vai, le Peavey (devenu Marshall) de Satriani, mais « modélisation » n’est pas un « gros mot » et la modélisation permet ça. On ne se situe plus du tout dans « l’imitation » mais bien dans la « création pure» et le développement de sa propre identité sonore.

L’idée de pouvoir obtenir, par le biais d’une technologie supra avancée mais sans diplôme d’ingénieur (car c’est souvent d’une grande simplicité d’utilisation) LE SON recherché depuis……. toujours…. me va personnellement très bien…. « Inventer » des identités nouvelles à partir de celles que l’on connaît déjà me motive beaucoup plus qu’espérer obtenir le son de tel ou tel. Cela d’autant plus d’ailleurs, qu’au delà du son lui même, il faudrait aussi pouvoir modéliser le jeu, l’expressivité, la technique de son gratteux favori car le son n’est pas que dans la machine, nous le savons tous… il est aussi et j’oserais dire « surtout », dans la tête, et les doigts…

Ce que je veux dire finalement, c’est qu’exploiter les ressources… « numériques » (pour le coup), faire usage de ce que des têtes bien pleines ont réussi à mettre à notre portée n’est certainement pas un crime ni une honte… Au contraire, cela doit servir nos intérêts. Utiliser un Pod HD plutôt qu’un Marshall trois corps ne signifie pas vendre son âme au diable mais peut être seulement s’ouvrir à des univers différents mais pas inférieurs... Enfin, ne perdons pas de vue que Marshall vintage ou Axe FX, ce sont des "machines" que l’on peut aimer mais sans doute pas « vénérer », que même si l’une chauffe beaucoup et l’autre un peu moins, elles n’ont d’âme ni l’une ni l’autre, sont au service de notre créativité et surtout pas l’inverse…………