Comme à l'accoutumée, je ne m'étendrai pas sur les caractéristiques techniques de la bête que vous pouvez consulter en détail directement ici. Juste quelques infos basiques :
100 W lampes, 2 inserts effets (parallèle/série), 4 canaux distincts comprenant chacun trois modes (vert/orange/rouge) ce qui fait à minima 12 sons différents, pédalier programmable Marshall 6 canaux et surtout, le tout programmable via midi!!!!!
G66
Marshall, qui a l'habitude de composer avec la fénéantise intellectuelle du gratteux moyen a fait dans le supra simple! Ca ne saute pas forcément aux yeux lorsqu'on a devant soi le tableau de bord rempli de boutons qui laisse à penser qu'on va avoir à gérer une usine à gaz mais c'est pourtant le cas. En fait, il faudrait presque considérer que l'on a 4 amplis différents regroupés dans une seule et même unité. Pris ainsi indépendamment, on retrouve un schéma classique Vol-Aigus-Médiums-Graves-Gain... avec pour chaque canal trois possibilités de son différentes "green"-"orange"-"red" qui jouent sur le niveau de gain (plus on va vers le rouge et plus on augmente le gain du canal). A tout cela, on ajoute une réverb numérique avec réglage de niveau, un "contour" (genre loudness) et un potentiomètre de présence réglables pour l'ensemble des 4 canaux selon le(s) baffle(s) utilisés. On a également deux master volumes programmables, bref c'est le top : simple et efficace!
Côté branchements, rien de bien original, encore du simple. Il y a deux boucles d'effets (dont une programmable), un cable (jack) pour connecter le pédalier fourni et une série de connections possibles pour le(s) baffle(s)... Et l'entrée instrument bien sûr.
Et ça ne se complique même pas pour programmer les sons (car je vous rappelle que c'est là un des principaux avantages de cet ampli : il est entièrement programmable...). Nul besoin d'être un pro du midi, il suffit d'être "guitariste" (c'est à dire qu'un QI de 45 suffit largement...) et de savoir lire le mode d'emploi de trois pages en Français (et bien traduit en plus, c'est pas si fréquent...). Il y a alors deux possibilités :
1/Vous utilisez l'ampli seul (ou tout au moins sans effets midi ni pédalier midi externe) vous pouvez programmer six sons différents accessibles via le pédalier Marshall fourni. Pour cela, vous faites vos réglages, tournez les boutons dans tous les sens, appuyez 3 secondes sur l'un des switches du pédalier, ça y est!
2/ Vous utilisez un périphérique midi, effet, pédalier, les deux ensembles... Encore plus simple : après avoir relié la tête d'ampli en midi (IN) avec le(s) périphérique(s)(OUT), vous faites vos réglages, vous sélectionnez un programme "effet" "pédalier", ça y est, c'est dans la boîte!!!!! Pas de manips à faire, pas de canal à règler et de menus déroulants à ingurgiter, juste regarder, écouter, jouer... Mortel!

L'intérêt ? C'est évident : on passe d'un clic à un son Métal hyper saturé avec grosse reverb (ce qui n'est pas ma tasse de thé mais...) et delay 500ms au son de Mark Knopfler un poil compressé avec réverb de fond, chaque son ayant ses propres effets soigneusement programmés à l'avance par vos p'tits doigts enjoués...

Beaucoup de choses sont possibles! Avec un effet numérique simple, (j'ai utilisé un G Major) on obtient un panel de sonorités délirant. Les saturations sont pour moi le plus important, sur ce point je suis absolument intraitable... Je ne veux pas de truc crade, je suis plutôt dans le registre Lukather, Van halen, Gilmour and Co, Gary Moore, Andy Timmons... Je ne joue pas beaucoup de sons "crunch", je veux de la vraie distorse pure et sans bavure, quelquefois avec un peu de chorus et un léger delay. Le JVM a tout ça! Et lorsque je m'aventure dans le registre Hendrixien, no problem non plus, il suffit de doser le gain en jouant entre les différents canaux et leurs modes respectifs...

Pour ce qui est du son clair, j'ai eu beaucoup d'amplis et de configurations différentes, qui a dit que Marshall ne savait pas faire de son clair ? Du cristal au hot blues huileux, il n'y a que le temps à y passer pour obtenir ce que l'on souhaite.

Deux petits bémols :
-il faut bien doser les différents niveaux d'effet, de l'ampli, le gain et si possible investir dans un noise gate digne de ce nom (un Rocktron Hush 2 midi par exemple) pour pouvoir pousser le gain à fond et obtenir tous les sons saturés sans aucune limitation, car dès qu'on monte un peu le volume... Mais c'est le cas de tous les amplis qui en ont!
-Il faut s'entendre sur le côté "programmable" du JVM, je veux dire par là que c'est le passage d'un canal à l'autre qui est programmable et non la position de chaque potentiomètre. C'est un peu limitatif pour deux raisons : cela oblige à se souvenir du réglage des différents canaux lorsqu'on embarque le matériel pour faire un concert, et il est impossible d'obtenir des sons radicalement différents d'un programme à l'autre comme on l'envisage avec un preamp programmable midi comme le JMP1 de la même marque... ça il faut le savoir, car ce n'est forcément hyper clair dans la manière dont Marshall présente les choses.

imageArticle



Cela étant, le JVM reste un excellent ampli, que vous vous décidiez pour un deux corps ou pour un combo et la gamme s'est considérablement élargie depuis quelques mois, il y a désormais un JVM pour "presque" toutes les bourses. A ceux qui utilisent un ou des effets midi, je pense que cet ampli propose le meilleur, à condition d'aimer le son typiquement Marshall car on reste quand même très "maison" dans ce domaine, et personne ne s'en plaindra!