A quel modèle hyper connu cette Schecter Solo 6 Standard peut-elle bien vous faire penser ? ……......….. « Oh dit, les devinettes là !!!! On n'est pas des gamins…… » me souffle ma grand mère Cauchoise.… D’autant plus que si cette Schecter a effectivement des faux airs de ce que vous savez, elle est loin d’être une simple « copie »… de plus. Elle apporte au contraire une réelle touche de modernité, et une façon de revisiter les vieux standards de la six cordes qui eux, n’ont jamais évolué… Voyons donc ce que l’on peut attendre de ce modèle au demeurant fort classique, en vidéo et en audio comme d’hab……
G66

imageArticle



Au delà de la forme et des références auxquelles elle renvoie, la Schecter Solo 6 étonne d’emblée par l’aspect très flatteur de sa carrosserie bombée et, pour ce qui concerne le modèle qui m’a été envoyé, par la beauté de sa table en érable vernis translucide « dark brown sunburst », vraiment magnifique. Alliée à l’accastillage chrome qui comprend un chevalet type Tune-O-matic (Tone pros systems) et intègre même les micros Duncan, encapsulés façon PAF, la guitare en jette et rendra son propriétaire fier de ses dix doigts lorsqu’il les lancera à l’assaut de la bête en public. « Y a pas à dire, murmure même ma grand mère en se gratouillant les poils du menton, ala d’la gueule !!!! » On notera au passage un léger étirement de la caisse vers l’ovale, et le galbe très « calculé » de la corne où est situé le sélecteur de micros, qui la différenciera esthétiquement très habilement d’une Gib…… Les P….. Un vrai effort esthétique (et ergonomique) a aussi été fait sur le plan des potards, hauts de gamme, en plastique transparent avec grip, et installés dans une petite cavité qui rappelle cette fois ce que l’on a l’habitude de trouver chez PRS.

Passé ce premier contact…. visuel, la prise en main de la guitare rappelle cette fois très clairement une LP, ce n’est pas un poids plume mais elle reste bien équilibrée et agréable « à porter » en position debout. Le corps est en acajou (« pleine branche ! » dit ma grand mère). Lorsqu’on est assis, l’avant bras droit souffre un peu sur l’arrête de la caisse assez « carrée », surtout pour moi qui « préfère les rondes » genre Ibanez JS, Luke ou encore Petrucci avec sa découpe supra confortable qui autorise une utilisation prolongée sans aucune gène. Ce sera finalement le seul reproche que je pourrai lui faire. Le plus déstabilisant pour moi aura été l’utilisation d’une guitare sans vibrato, j’ai toujours l’impression qu’il manque quelque chose…

Le manche en acajou (trois pièces) est lui aussi très typé Gibson avec un profil en C et une finition vernie des plus classiques. Rien à voir avec les manches huilés super fins auxquels j’ai l’habitude mais je me suis surpris à m’y faire assez rapidement. C’est un 22 cases à touche palissandre fretté medium associé à des mécaniques Grover.

Le premier point sur lequel la Schecter innove se situe au niveau du talon du manche, sculpté, tout le bois "inutile" a été supprimé pour permettre un accès optimal dans les aigus. . Le dos de la caisse est également légèrement échancré pour un meilleur confort une fois la guitare "sur le ventre". Par rapport à une Les Paul, il n’y a pas photo...

imageArticle



Le deuxième point intéressant concerne les micros, humbuckers, Seymour Duncan Designed basés sur les très connus SH 4 JB en bridge et SH1-59 en neck qui sont splittables grâce au potard de tonalité push/pull, ce qui double le nombre de « couleurs » sonores accessibles. Pas fréquent sur ce genre de guitare. En mode « humbuckers » on est toujours dans un registre Gibsonien très classique (ça vous aurait étonné hein ?) avec, sur les deux micros, des sons bien chauds et moelleux, qui se marient à merveille avec une disto ou un overdrive et nous transportent vite dans des univers rock et blues rock comme on aime. Des styles de musique encore un peu plus « corsés » ne feront pas non plus rougir cette Schecter même si on ne la choisira pas prioritairement pour jouer du métal.

Sans arriver à égaler la clarté sonore et le « piquant » d’une Strat, le mode « single coil » permet de s’en approcher vraiment et d’élargir les possibilités. Sur le micro grave, en travaillant le volume, on peut même flirter avec des ambiances « acoustiques » assez surprenantes. En simple, le micro bridge sonne assez « Télé » avec une présence intéressante qui pourra aussi bien servir des sons cleans que des accents Crunch bien pêchus. Pour jouer en rythmique avec des power chords, c’est plutôt sympa.

Bref, on se retrouve avec une guitare assez polyvalente dont le registre sonore n’est pas limité à ce que l’on croit, comme quoi il ne faut se fier aux apparences… La Solo 6 est un savant mélange de vintage et d'éléments plus modernes qui pourra satisfaire un grand nombre de guitaristes car elle ne s'enferme pas dans un style définitivement marqué.



Conclusion :

J’ai bien aimé cette guitare, pourtant pas forcément mon style au départ à cause de son côté vintage (apparent…) et puisqu’elle ne dispose pas de vibrato; je dirais même… je m’y suis attaché (c’est con hein…). Belle, agréable à jouer, offrant des possibilités de sons qui dépassent largement le simple registre d’une Les Paul, bien que Coréenne, la Schecter Solo 6 affiche une qualité de fabrication remarquable et flattera sans aucun doute l’ego de son propriétaire tout en ménageant son compte en banque. Contrairement à ce que l’on pourrait penser en la regardant, elle ne vaut pas 2000 euros mais seulement 699… (prix généralement constaté) « Oh ben merde alors ! » (ma grand mère…). Et si vous n’aimez pas la couleur, il en existe trois autres, black, black cherry et vintage gold (assez sympa et « flatteur » aussi…). Encore mieux, il existe aussi le modèle Custom, légèrement différent qui propose notamment une touche ébène (ce qui est devenu super rare de nos jours) et des mécaniques blocables, affichée à un tarif à peine croyable également : 949 euros…… Bref, encore une belle découverte pour moi qui ne connaissais cette marque que de loin. Si votre budget ne vous autorise pas à craquer demain pour une Gibson, je ne peux que vous encourager à essayer cette guitare, le transfert du rêve que vous aviez risque de se faire sans heurts et surtout, le plaisir est au bout du chemin….

Disto :



Son clair :







imageArticle