Le GI 20 est un convertisseur midi qui, associé à un capteur Roland GK, permet d’accéder au monde des synthés avec votre guitare. Il ne contient aucun son et il ne faut donc pas le confondre avec un expandeur...
G66
Il sera nécessaire d’y associer un module de sons externes ou un synthé virtuel que vous pourrez utiliser via sa connectique midi ou en USB. Roland a d’ailleurs prévu la parade puisqu’un expandeur, le XV2020, au format demi-rack (comme le GI 20) est disponible en complément.
Ce convertisseur dispose d’un certain nombre de réglages, que l’on peut sauvegarder individuellement dans des presets correspondant aux sons utilisés. La Sensibilité, le mode de détection (fonction « play/feel) suivant la technique de jeu choisie et le réglage de Bend (primordial pour la guitare) permettent d’affiner la conversion et de limiter au maximum le temps de latence, qui reste un des problèmes majeurs rencontrés sur ce type de matériel.
La face avant regroupe les principales commandes et comprend l’entrée GK 13 broches. Sur la face arrière, on trouve une prise jack pour raccorder un footswitch et une pédale d’expression ainsi que la sortie guitare séparée pour récupérer le son brut de la guitare que l’on pourra si on le souhaite mixer avec les sons « synthé ». On peut bien sûr en traiter le son avec des effets comme on le ferait normalement en sortie directe de la guitare et a priori, il n’y a pas de différence de niveau entre cette sortie du GI 20 et celle de la guitare (sans le GI 20), ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Enfin, on a bien sûr les deux prises midi IN/OUT ainsi qu’une prise USB pour se connecter à un ordinateur.
L’approche du GI 20 n’est pas vraiment intuitive et il faut une réelle base de connaissances du midi pour s’en sortir… La mise en correspondance des presets du GI 20 avec les sons utilisés n’est pas évidente et il faut vraiment se plonger dans la doc, par ailleurs pas super claire pour avancer, ce qui rebutera sans aucun doute une bonne partie des utilisateurs potentiels. C’est peut être dommage, car une fois ces premières difficultés passées, le GI 20 assure plutôt bien.

Pour avoir testé les autres « outils » du même genre disponibles sur le marché, je dirais qu’il se situe dans le peloton de tête. Le « tracking » me semble plus performant que sur un GR 20 ou GR 33 et équivalent aux convertisseurs Axon souvent présentés comme les meilleurs en la matière. Ces remarques restent bien sûr assez subjectives car aucune mesure détaillée ne permet à ma connaissance de vérifier cela très scientifiquement. N’oublions pas que beaucoup de choses sont également liées aux types de sons « synthé » utilisés, car on n’obtient pas les mêmes résultats en jouant un son de piano et un son de violon sur sa guitare. Il est évident que tous les sons qui se rapprochent ou approchent le jeu et le touché propres aux guitaristes donnent les résultats les meilleurs… sur le GI 20 comme sur tous les autres.

Pour une utilisation en USB avec des synthés logiciels, il n'y a pas de soucis particuliers ; la détection se fait de la même façon qu’en midi classique. Il faut toujours « bidouiller » un peu pour mettre en adéquation les presets du GI 20 et ceux du synthé utilisé mais avec un peu de patience, ça marche…

Côté budget, il vous faudra débourser 389 euros pour vous procurer un GI 20, sans oublier le capteur GK 3 sans lequel rien ne sera possible (environ 120 euros). On en trouve régulièrement en occasion à moins de 200 euros, c'est peut-être le moment de se lancer...