Pas de progrès sans une pratique régulière voire quotidienne de votre instrument. « Avoir le son » reste une préoccupation de tous les instants, difficile de se motiver sans cela. Or, tout le monde n’a pas la possibilité de jouer tous les jours pendant des heures sur un Marshall 3 corps poussé à fond et ramener après chaque répète ampli et pédales à la maison... pas évident. Certains d’entre nous ont aussi des voisins… Alors ? Voici quelques idées et suggestions pour le choix d’un ampli pour s’entraîner tranquille, sans gêner qui que ce soit et sans renier une certaine qualité de son…

imageArticle



Un bon ampli « d’entrainement » constituera un compagnon de premier choix pour les guitaristes de tous niveaux. Cet ampli sera physiquement plus petit que celui ou ceux que vous utilisez pour jouer sur scène ou en répétition. La taille sera un critère réellement important car si de nombreux guitaristes se voient bien jouer devant un mur d’amplis, la réalité de votre salon vous rappellera rapidement à l’ordre. Facile à ranger (votre copine ne trébuchera pas dessus toutes les cinq minutes), portable, pas trop lourd, il sera facilement à sa place dans n’importe quelle pièce et vous pourrez le déplacer d’un endroit à l’autre sans craindre le lumbago.

Il sera également moins puissant, inutile de dépasser 30 ou 40 watts pour jouer dans son appartement ou dans sa chambre (les voisins apprécieront).

Il ne représentera pas une dépense excessive afin que vous puissiez garder quelques dollars pour d’autres investissements musicaux également importants.

Avec tout ça, pas de soucis donc s’il vous prend l’envie de bosser des gammes à 3h du mat’, vous pourrez jouer à un volume raisonnable, dans la pièce qui se prête le mieux à l’activité en question et au moment que vous aurez choisi…

Comme vous le savez, sur le plan technique, différentes technologies existent et le choix dépendra alors de votre sensibilité propre et du son que souhaitez obtenir. Un petit ampli à lampes de qualité s’avèrera un choix judicieux si vous souhaitez retrouver at home le même grain que celui de votre Marshall ou Fender de plus gros calibre et si vous êtes plutôt un adepte du son « dry», sans effets… L’investissement sera obligatoirement plus important que celui qui sera nécessaire à l’acquisition d’un modéle à transistors. Beaucoup d’amplis à transistors proposent « la modélisation », ils simulent un certain nombre d’amplis différents et offrent un panel sonore plus important même si le son en lui même risque d’être un peu plus terne qu’avec des lampes. Si vous avez l’habitude de jouer avec pas mal d’effets, cette deuxième catégorie (transistors/modélisation) sera sans doute plus adaptée car beaucoup de modèles intègrent des effets de toutes sortes, ce qui vous évitera le tracas des pédales à rajouter, à brancher et à déplacer le cas échéant. Vous vous rapprocherez ainsi des sons que vous appréciez lorsque vous jouez en groupe avec un ampli plus conséquent et un pedalboard complet. Bref un petit ampli à modélisations « tout en un » peut aussi s’avérer aussi un choix éclairé… d’autant plus que le choix de modèles est devenu très vaste ces derniers temps, chaque marque proposant pratiquement à coup sûr au moins un modèle dans cette catégorie…

Si vous jouez souvent sur scène, ce petit ampli peut faire double emploi s’il intègre une connexion directe à une table de mixage, un paramètre important car dans ce cas, ce seul « petit modèle » peut suffire, dans un premier temps tout au moins, à la fois pour s’entraîner chez soi et jouer sur scène.

4 modèles à regarder de près :

L’essentiel est toujours que ça sonne « pour vous ». Le jeune de 16 ans qui écoute Metallica n’aura pas les mêmes besoins que le bluesman de 45 ans qui veut seulement réviser ses standards. N’hésitez donc pas à prendre le temps d’essayer le matériel chez votre revendeur favori avant de vous décider. Pour vous aider dans votre choix, j’ai retenu quatre modèles qui me semblent dignes d’intérêt :

Le Roland Cube 40XL, 199 euros, un ampli à transistors rentrant complètement dans les critères définis plus haut, petit et comprenant notamment une section simulation d’amplis et des effets intégrés ainsi qu’un canal séparé pour des sons clairs de grande qualité… Roland

imageArticle



Le Fender Mustang 2, également à transistors et comprenant aussi modélisations, effets et surtout un très bon HP de 12 pouces pour un poids de 10,9 kg et un prix de 179 euros. Fender

Le Line 6 Spider IV 30 watts, 188 euros légèrement plus imposant que le Roland mais au rendu excellent à faible volume avec notamment une grande simplicité d’utilisation, des presets programmables et une vraie saturation + la possibilité de lui adjoindre le très intéressant pédalier Line 6 FBV en option. Line 6.com

imageArticle



Enfin pour les lampes, le choix du Blackstar HT5 s’impose pratiquement d’emblée, certes un peu plus cher que les trois autres (399 euros) mais le moins cher des petits amplis à lampes du marché avec un son vraiment digne des plus grands et toujours le fameux réglage ISF propre à la marque qui permet d’aller progressivement d’un son plutôt British à un son plus Américain et une boucle d'effets, au cas où… 5 watts seulement mais des vrais ! Blackstar

imageArticle