Impossible de résister à l’envie de vous présenter ce soft d’Overloud. Breverb est, comme son nom l’indique, une reverb… une de plus me direz vous, et je vous répondrai…. Oui ! Mais comparativement à celles que j’ai pu utiliser aujourd’hui, plutôt « hardware » d’ailleurs, Breverb est d’une qualité irréprochable et permet, en toute simplicité, d’atteindre la quasi perfection en agissant sur tous les domaines de la production musicale… Pour votre home studio, je doute que vous trouviez mieux, et c’est la raison pour laquelle je vous en parle aujourd’hui.
G66
Overloud est une société Italienne composée d’anciens membres de chez IK Multimedia… Si vous avez lu les précédents tests de TH1 et TH2, logiciels exclusivement orientés « guitare » ou si vous avez essayé ces outils là, je pense que vous n’avez pas été déçus… Vous ne le serez pas non plus avec Breverb, et pour ce qui me concerne, s’il fallait n’en garder qu’une, ce serait celle là. Je suis très exigent sur ce type d’effet que j’utilise d’ailleurs très peu sur la guitare car je le trouve toujours trop ceci ou pas assez cela... J’ai beaucoup de mal avec les reverbs « à ressorts » de nos bons vieux amplis à lampes, je suis plutôt très « numérique » comme vous l'avez surement déjà remarqué mais j’ai rarement eu l’occasion de me faire plaisir avec une reverb…… C’était avant d’installer Breverb !

Breverb s’ouvre en plug in ou en Standalone. Dans un logiciel d’enregistrement, on peut l’utiliser pour tout, guitares, chant, drums et l’ouvrir plusieurs fois dans de nombreuses pistes avec des réglages différents sans mettre en péril l’enregistrement et bloquer la machine car Breverb ne sollicite pas le processeur à outrance. Un très grand nombre de presets prêts à l’emploi sont inclus, pour toutes ces applications, ce qui peut permettre de gagner un temps certain si l’on ne souhaite pas « bidouiller ». Ensuite, il y a tout « le nécessaire » pour envisager toutes les expérimentations jugées utiles au cas où les presets en question ne correspondraient pas exactement à vos attentes.

imageArticle



De ce côté, et c’est ce que je trouve particulièrement intéressant dans ce soft, tout est super intuitif et simple. Pas besoin d’être ingénieur du son pour s’y retrouver dans les nombreux paramètres présents. On ne se perd jamais dans les différents menus et boutons, tout est logique, bien pensé et bien organisé. Des onglets très clairs font apparaître une série de boutons que l’on manipule à la souris ou encore mieux, à l’aide d’une surface de contrôle… On se retrouve alors « à tripoter » des boutons comme au volant d’une Lexicon ou presque…

Pour encore faciliter le travail, Breverb ajoute le « rappel » de 6 paramètres (qui prennent la forme de curseurs) à choisir parmi ceux que vous utilisez le plus souvent et qui permettent d’agir directement et « sans chercher » sur le son. On assigne les fonctions de son choix grâce à la petite flèche située en haut des curseurs. Ce « panneau » de curseurs s’affiche à gauche de l’écran principal ou au dessous, ce qui permet de l’intégrer au mieux dans votre espace de travail suivant les autres softs utilisés conjointement.

imageArticle



imageArticle



Les sons…

Les ambiances sont multiples et tous les types de reverb proposés sont d’une grande qualité. Pour orienter les choix, on peut naviguer entre 4 types de reverbs "classiques" : hall, room, plate et inverse mais tous les "intermédiaires" sont possibles. J’insisterai vraiment sur les « hall » qui sont clairement fantastiques, d’une précision remarquable (surtout pour simuler de très grandes salles), elles rappellent vraiment l’univers Lexicon (je m’excuse d’insister…) et vous pourrez pousser jusqu’à un retard de 20 secondes… tout en « modelant » l’effet bien comme il faut pour le faire "coller" à vos besoins. Avec le pre delay, il sera envisageable (comme sur un modèle hardware qui se respecte) de travailler sur un niveau indépendant de chaque côté de la stéréo, cool. Si vous pensez avoir "réussi" un preset en particulier, vous pourrez bien sûr le sauvegarder afin de le réutiliser ultérieurement dans un autre morceau et vous pourrez ainsi vous construire un dossier perso en fonction de vos goûts et habitudes "sonores".

J’ai passé un peu de temps sur des plans déjà mixés que j’ai « revus » à l’aide de Breverb. Ils ont tout de suite pris une dimension nouvelle, inattendue dans certains cas. Certains de ces plans, un peu abandonnés… me sont apparus de nouveau sympas et je me suis mis à les retravailler…

J’ai aussi noté que différentes « Breverb » insérées sur différentes pistes ne créaient pas de « désordre » majeur. L’extrême précision de l’effet que l’on peut doser « aux petits oignons » et dans tous les sens autorise des « mélanges » qui tourneraient vite au cauchemare avec d’autres softs… (ou d'autres machines hardware) Assez magical ! Les paramètres d’égalisation sont également très pointus et permettent l’intégration de l’effet au top dans un mix. De même, la fonction « gate » permet d’agir sur les attaques et de couper à la mesure les « queues » de reverb, super utile dans certains passages que l’on souhaite garder bien clairs sans les départir complètement d’effet.

Evidemment, Breverb n’est pas gratuite mais pour 238 euros, se payer l’équivalent d’une Lexicon pro embarquée dans son portable… ça jette non ? En tous cas, si vous êtes de ceux qui rechignent toujours à investir dans des logiciels, sachez que celui là vaut vraiment le détour et qu’il constituera allègrement l’un des piliers de vos mix qui prendront immédiatement de la hauteur. Comme c’est souvent le cas, une version de démo est téléchargeable ici sur le site d’Overloud, n’hésitez donc pas à expérimenter la chose et à vous faire votre propre idée de son potentiel sans prendre aucun « risque » financier dans un premier temps… mais je vous aurai prévenu, l’essayer, c’est inévitablement l’adopter, et ne plus pouvoir s’en passer…….

Quelques plans sons dans lesquels Breverb est utilisée :

Intro pop rock :



Plan rave/trance :



Guitare clean :



Piano/drums rock/soul/jazz :



Piano solo :



Dobro solo :



Guitare sat Wha solo :



Le site d'Overloud