Le récent test du GR 55 a suscité beaucoup d'intérêt et de questions diverses et variées auxquelles je vais m'efforcer de répondre en partie ici... A ce sujet d'ailleurs, je ne peux que vous encourager à exploiter le forum de Fret-Time plutôt que la rubrique "contact" car ma messagerie perso est a little bit saturée :)..... ce dont je ne m'en plains pas d'ailleurs, cela signifie que vous êtes nombreux à trouver un intérêt dans ce qui se dit ici. La pratique de la guitare synthé reste très controversée mais se démocratise, ce qui est plutôt une excellente nouvelle. Une chose est certaine, si certains d'entre vous hésitent encore à franchir le pas, beaucoup "s'y mettent", cool!
Les "réflexions" et astuces :

Ne tirez pas sur le pianiste et ne négligez pas les montages/réglages…

Comme toujours lorsqu’on « imite » (j’aime pas trop ce terme mais on est quand même un peu là dessus…) le son d’autres instruments avec un convertisseur midi et une guitare, il faut essayer de rentrer dans la peau du personnage que l’on remplace. S’il s’agit du pianiste, pas la peine de tirer sur lui, vous voyez bien, il est déjà mort… mais pour le remplacer définitivement, il sera effectivement nécessaire de modifier sensiblement nos bonnes habitudes de guitaristes. Tous les sons ayant une attaque « dure » sont difficiles à jouer, j’ai parlé du piano mais il y en a beaucoup d’autres, essayez donc de (bien) jouer des sons PCM de guitare folk ou classique…, des bells, kotos, clavecin, etc…

D’abord, pour éviter les décrochages ou les notes parasites, il faudra « bien affuter » le médiator et adapter la force avec laquelle on attaquera les cordes au son utilisé. Cela peut légèrement varier d’une guitare à l’autre suivant un nombre varié de paramètres : la guitare elle même, le tirant des cordes, le réglage de sensibilité du GK (ou des piezzos le cas échéant), vos habitudes de jeu, etc.

Sur ce point, je n’insisterai jamais assez sur le « montage » du capteur sur la guitare et sur les réglages qui s’imposent « sur la guitare » elle même, et dans le convertisseur midi ou le synthé guitare… Un GK monté à l’arrache, fixé avec du scotch double face « Auchan », plus ou moins droit et près des cordes sur une guitare plus ou moins réglée avec des cordes pourries donnera un résultat à l’avenant… Et les commentaires fuseront : « la guitare synthé, c’est injouable », « la guitare synthé, c’est de la m….. », « vivement Noël que je refourgue tout ça », etc… Il faut se souvenir que chaque instrument réagit différemment à cet usage très particulier, de même d’ailleurs que le gratteux qui a l’instrument en main… Il ne faut donc pas chercher à reproduire systématiquement un réglage que quelqu’un d’autre a fait sur une autre guitare que la vôtre, il n’y a pas de recette miracle qui fonctionnerait universellement pour tout le monde, contrairement peut-être à ce que le manuel du GR pourrait laisser croire…

Voilà pourquoi il ne faudra pas être trop « pressé », c’est le défaut de nombreux gratteux : le SON, et tout de suite !!!! Pas de ça avec la guitare synthé, inutile de se lancer dans l’aventure si vous n’avez pas ce minimum de patience ……« vital ». Il faut au contraire bien prendre le temps d’effectuer toutes les mises au point nécessaires, méthodiquement, les unes après les autres, sans en négliger aucune… et je conviens que ça peut prendre un certain temps… C’est aussi la raison pour laquelle il me semble impossible d’essayer un GR55 en magasin, c’est sans doute un truc à partir en courant avant même d’avoir entendu le moindre son. Et attention, je ne suis absolument pas en train de dire que le GR55 est une machine complexe réservée à des intellos sortis de l’ENA…. Non, tout est même conçu pour vous simplifier l’utilisation de cette belle machine au maximum. Il faut juste rentrer dans la peau d’un autre, un guitariste d’un genre différent qui n’est justement pas que…. Guitariste.

imageArticle



Oubliez les sons d’usine, faites VOS propres sons, fonction de votre matos et de vos attentes… et « travaillez » le son des instruments que vous envisagez de reproduire en oubliant aussi quelquefois que vous êtes guitariste (non ce n’est pas contradictoire avec ce que je disais au paragraphe précédent, juste… complémentaire)…

Marketing oblige, des sons d’usine, il en faut ! Toutes les machines en proposent, qu’il s’agisse de synthés (virtuels ou non), d’effets et même d’amplis… Ils ont sans doute l’avantage de permettre un tour d’horizon rapide des possibilités offertes mais ils ont le gros inconvénient d’être totalement impersonnels, et surtout ils seront souvent inadaptés à votre guitare, à votre jeu, à votre feeling. Ce qui a été inventé pour tous ne va souvent pas bien pour soi même… C’est pour ça que je ne suis pas un fanatique des partages de sons et que j’ai mis un moment à me résoudre à proposer cette option sur le site, bien que nombre d’entre vous me l’aient demandé pratiquement dès l’ouverture du site…. Non pas que je ne sois pas un bon chrétien (ça se saurait, mémée veille je vous assure !) qui refuse de partager son bien mais je pense vraiment, autant pour des raisons purement techniques que pour le principe disons… pédagogique, que les sons doivent être le résultat d’un travail personnel… On apprend beaucoup en faisant cet effort et on en retire un plaisir bien plus grand que de se servir goulument et sans discernement chez les voisins…

Tout au plus, utilisez les sons d’usine ou les miens ? comme base de travail pour « fabriquer » les vôtres mais franchement, méditez cela… mettez les à votre sauce… Plongez vous dans l’univers des synthés, faites vos sons vous mêmes, vous verrez qu’il y a beaucoup à gagner à mettre les mains dans le cambouis et que c’est même une des principales raisons qui fait que pour certains le moteur tourne au régime voulu et que pour d’autres, c’est la m……..

Pour ce qui concerne la guitare synthé, c’est d’autant plus vrai que toute la complexité de la conversion midi (qui techniquement bien sûr nous échappe) impose quasiment ce travail sur les sons. Ce travail permet quelquefois de « rattraper » de manière très pertinente les imperfections du système, celles qui vous énervent régulièrement… Tout ce qui justement à rapport avec l’attaque, l’ajustement de la hauteurs de notes par rapport à la façon dont vous…. « bendez » (ça se dit bènnndez hein on est d’accord, et même si vous êtes Marseillais…) ais tout cela reste encore une fois hyper perso.

Restons sur le « piano ». Dans le GR55 par exemple, les sons de piano sont particulièrement réussis et très réalistes. En travaillant simplement sur la vélocité, on peut vraiment « nuancer » son jeu comme le ferait un « vrai » pianiste. Si l’on se tient au strict son de piano d’usine, il se peut que les choses soient un peu moins flatteuses. Pour obtenir les meilleurs résultats, il faudra parallèlement jouer sans violence, en essayant d’imaginer, de « visualiser » les touches d’un piano et les doigts qui se posent sur le clavier… ça a l’air un peu science fictionnesque comme ça mais c’est très faisable. Le travail du son d’un côté et le jeu « dans l’esprit piano » de l’autre donneront un résultat magique !

Améliorez l’ordinaire en vous appuyant sur les effets…

Au delà du son du synthé lui même, je ne saurais trop vous encourager à vous pencher également sur les « effets ». On arrive très souvent à « récupérer » d’autres petites imperfections inhérentes à la technologie employée simplement en les « masquant » avec un/des effets appropriés. Sur ce plan, le compresseur peut être un allié fort utile, pour retravailler l’attaque de certains sons, leur donner davantage de « corps ». De même, on réalise de très beaux « leurres » avec les effets de retard, reverbs et delays. Je suis d’accord que les effets du GR55 restent « basiques » et qu’il y a mieux mais en se contentant déjà de ce qu’il y a dans la boite, on peut réussir à bien gérer les affaire. Evidemment si vous collez au c.. du GR55 les reverbs d’un Axe FX, il y a des chances que les larmes vous viennent…

D’une manière générale, il faut s’accommoder de ces imperfections et les intégrer dans son jeu… Cette démarche « centrale » n’est pas des plus évidentes j’en conviens, elle est même quelquefois jugée inacceptable car on peut avoir l’impression d’être un peu « pris en otage » par le matériel… S’adapter au matériel ? Hérésie ! Grande question en tous cas, mais c’est une des clés de la réussite dans le domaine qui nous intéresse et une des raisons aussi pour lesquelles nombre de « pratiquants potentiels » renoncent avant même d’avoir « vraiment » essayé… Honnêtement, quand on entend le résultat à la fin, ça vaut la peine de se faire un peu violence…

Doublez les sons de synthé avec votre son de guitare… ou l’inverse.

imageArticle



Encore une « astuce » relativement simple à mettre en œuvre et qui pourra sensiblement vous aider à dominer l’éternel problème de latence qui gâche la vie des midi gratteux… Au delà de ces problèmes de latence, certaines solutions déboucheront simplement sur un son d’ensemble plus étoffé, un son « improbable » qui fera son effet sur scène et vous permettra, même si vous êtes seul face au public de générer des ambiances uniques.

Plusieurs exemples :
- ajouter un son de guitare saturé en arrière plan, c’est à dire avec un niveau de volume nettement inférieur au son de synthé (quel qu’il soit) permettra d’éviter l’effet de décrochage des notes de synthé et donnera l’impression que « ça suit impeccable ! ».
- Ajouter au synthé un son de guitare (clair ou saturé) avec un effet de delay en supprimant légèrement l’attaque pourra « gonfler » l’ensemble et vous faire un peu oublier le défaut de latence de certains sons (flutes, violons, certains sons de brass et de chœurs)
- Pour les heureux possesseurs du GR55 ou du VG99, l’utilisation des modélisations de synthé GR300 (dans la partie modélisation « guitares ») sera un plus indéniable. En ajoutant ce type de son aux sons synthé PCM du GR55 (plutôt qu’un son de guitare pure), vous rattraperez sans problème les défauts de latence de la plupart des sons synthés. En effet, ces modélisations GR300 ne relèvent pas de la même « science », on n’est plus dans la conversion midi et il n’y a donc aucun temps de réponse… La possibilité de doser (en volume et en attaque notamment) ce type de son par rapport aux sons PCM autorise pas mal de « fantaisies ». Le « son sur son » modélisation GR300/synthé PCM, c’est à dire son de synthé guitare sur son de synthé PCM n’utilisant pas la même technologie donnera des résultats très intéressants.
- Inversement, il y aussi beaucoup de champs d’action possibles en doublant le son de guitare, cette fois bien mis en avant, avec un son (ou plusieurs) de synthé. Les doublages guitare saturée + strings en arrière plan donnent une ampleur au son de guitare absolument superbe, sans « polluer le son de guitare de base…
En fait, il faut aussi voir la guitare synthé sous cet angle et pas seulement faire une fixation sur le mot « synthé »…… A la fin du compte, il y a UN son, qui peut être soit un son de guitare soit un son de synthé mais aussi et surtout LES DEUX, et c’est là je crois que les plus belles expériences sont à tenter.

Pour conclure, allons encore plus loin… Revenons sur la théorie des ensembles qui est au programme de la classe de 5è si je ne me trompe pas… Voici le théorème de Roland, cette définition sera à apprendre par cœur pour la prochaine fois : c’est l’ensemble « X » comprenant l’élément gratteux « Y », sa technique perso « V », les concessions qu’il est prêt à faire « W », les objectifs qu’il se fixe « Z », le matériel « GR », ses limites « M », et toutes les petites astuces « A »… Si le segment Y/V/W/Z est parallèle au segment GR/M/A, il devrait y avoir de belles créations sonores en perspective et surtout beaucoup de plaisir pour tous les guitaristes fous désireux d’aller voir un peu plus loin qu’un bouton de master volume et une disto à trois balles……….

Les autres articles qui peuvent vous intéresser :

Guitare synthé, Guitare midi, jouer des sons de synthé à la guitare, comment ça se passe ?
Le montage du GK3 sur la guitare
Roland GR55, premières impressions, à chaud...
GR55, le super test audio et video